OTAN

Moscou et le Tadjikistan prêts à ouvrir le transit vers Kaboul

Texte par : FRANCE 24 avec dépêches
3 mn

Alors que le Kirghizstan veut fermer une base américaine située sur son territoire, Moscou et le Tadjikistan se sont dits prêts à autoriser le transit de matériel américain - hors armes et munitions - vers l'Afghanistan.

Publicité

La Russie "autorisera" le transit de matériel américain vers l'Afghanistan, a déclaré vendredi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov dans un entretien avec une chaîne de télévision russe.

Il a clairement laissé entendre que ces "marchandises" ne devaient concerner ni des armes ni des munitions.

"Nous attendons que nos partenaires américains soient prêts à nous présenter concrètement une requête avec la quantité et le type des marchandises", qu'ils veulent envoyer en Afghanistan, a dit le chef de la diplomatie russe.

"Aussitôt que nous l'aurons reçue, nous donnerons l'autorisation correspondante", a ajouté M. Lavrov.

 

Feu vert de Douchanbe

 

Un peu plus tôt, le Tadjikistan a fait savoir qu'il était prêt à autoriser le transit vers l'Afghanistan de marchandises destinées à la coalition internationale, à l'exception des fournitures militaires, par la voix de l'ambassadeur des Etats-Unis à Douchanbe à l'issue d'une rencontre avec le président tadjik.


Le chef de l'Etat tadjik Emomali Rahkmon a souligné que son pays, une ancienne république soviétique, était "totalement prêt au transit de fournitures non-militaires vers l'Afghanistan", a déclaré à la presse Mme Tracey Ann Jacobson, qui dirige la représentation diplomatique américaine.

Le président Rakhmon a de son côté dit aux journalistes que le Tadjikistan était "prêt à offrir aux Etats-Unis et aux pays de l'Otan son aide pour les livraisons commerciales et humanitaires en Afghanistan".

 


Le Kirghizstan reste inflexible

 

Dans le même temps à Bichkek, le gouvernement du Kirghizstan a fait savoir que sa décision de fermer une base aérienne installée par les Etats-Unis sur son territoire, vitale pour l'approvisionnement des forces américaines et de l'Otan en Afghanistan, était "définitive".

"Le gouvernement du Kirghizstan a pris une décision définitive sur la fermeture de la base américaine", a déclaré à l'AFP Aibek Soultangaziev, porte-parole du gouvernement.

"Le ministère kirghiz des Affaires étrangères et l'ambassade des Etats-Unis échangent leurs points de vue sur le calendrier de fermeture de la base", a-t-il ajouté.

Le Parlement du Kirghizstan doit examiner la semaine prochaine le projet du gouvernement de fermer la base de Manas, située près de Bichkek et à proximité d'infrastructures militaires russes.

Le Parlement étant contrôlé par les partisans du président kirghiz Kourmanbek Bakiev, l'approbation du projet de loi sur la fermeture de ces installations américaines -une décision souhaitée par Moscou- rendu public mercredi ne faisait guère de doute.

Les Etats-Unis estiment que la base de Manas a été d'une importance "capitale" pour les opérations en Afghanistan, et travaillent avec ce pays pour le convaincre de ne pas fermer ces installations, a déclaré la Maison Blanche jeudi.

La Russie va, de son côté, faciliter le transit du matériel destiné aux troupes engagées en Afghanistan, a affirmé, également jeudi, Sergueï Prikhodko, conseiller du président russe Dmitri Medvedev.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine