Accéder au contenu principal
BANQUES - ROYAUME-UNI

Excuses publiques des ex-chefs de RBS et de HBOS

2 min

Devant la commission des Finances de la Chambre des communes, les anciens dirigeants des banques britanniques RBS et HBOS ont présenté leurs excuses pour leur responsabilité dans la crise financière.

Publicité

AFP - Les anciens dirigeants des groupes bancaires britanniques Royal Bank of Scotland (RBS) et HBOS ont présenté mardi leurs excuses "sans réserves" pour leur responsabilité dans la crise financière, qui a conduit à la nationalisation partielle de leurs établissements.

Lord Stevenson, ancien président de HBOS, a déclaré que lui-même et l'ancien directeur général du groupe bancaire, Andy Hornby, étaient "profondément désolés" de la tournure prise par les évènements, lors d'une audition devant la commission des Finances de la chambre des Communes, retransmise en direct à la télévision.

Devant le même comité, Tom McKillop, l'ancien président de RBS, a dit qu'il partageait les propos de son ex-rival et a rappelé qu'il avait présenté des "excuses complètes", lors d'une assemblée générale des actionnaires de la banque en novembre.

En réponse aux questions d'un député, il a admis que l'achat de la banque néerlandaise ABN Amro (plus grosse acquisition de l'histoire du secteur bancaire réalisée en 2007 en partenariat avec Fortis et Santander), qui s'est révélée une opération ruineuse, avait été "une erreur".

"Nous avons surpayé ABN Amro", et "ce que nous avons payé n'en valait pas la peine", a-t-il dit.

Et l'ancien directeur général de la Royal Bank of Scotland, Fred Goodwin, a également fait amende honorable. "J'ai déjà présenté mes excuses les plus totales et je suis heureux de le faire à nouveau", a-t-il assuré.

Dans le cadre des deux plans de sauvetage gouvernementaux annoncés en novembre et en janvier, RBS est en voie d'être détenue à près de 70% par l'Etat, lequel détient également 43,4% du capital du Lloyds Banking Group, dont HBOS (Halifax-Bank of Scotland) fait désormais partie.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.