Accéder au contenu principal

Tsvangirai à la tête d'un gouvernement d'union

Le leader de l'opposition zimbabwéenne, Morgan Tsvangirai, a prêté serment comme Premier ministre devant son rival de toujours, Robert Mugabe. En vertu d'un accord signé en septembre, tous deux vont maintenant partager le pouvoir.

PUBLICITÉ

AFP - Battu, arrêté, inculpé de trahison: le Zimbabwéen Morgan Tsvangirai a incarné pendant dix ans l'opposition au président Robert Mugabe, avec lequel il va désormais partager le pouvoir.

L'ex-syndicaliste a prêté serment mercredi comme Premier ministre devant son rival de toujours, en vertu d'un accord signé en septembre. Ce pacte fut difficile à appliquer en raison de la profonde défiance entre les deux hommes.

A 56 ans, celui que les Zimbabwéens surnomment "l'homme aux grosses joues" se voit enfin récompenser de sa victoire aux élections générales du 29 mars. Non seulement son parti avait raflé le contrôle du Parlement, mais lui-même était arrivé largement en tête au premier tour de la présidentielle.

En juin pourtant, il avait dû jeter l'éponge dans la lutte pour la présidence, cédant devant les violences déchaînées contre ses partisans. Robert Mugabe, seul en lice, avait logiquement été réélu.

Jouant sans relâche la carte internationale, le chef de l'opposition avait finalement réussi dès le mois suivant à obtenir l'ouverture de négociations sous l'égide de l'Afrique australe.

Ce sont ces discussions, âpres et dangereuses, qui le placent désormais devant son plus gand défi: s'imposer face à son rival pour exercer le pouvoir et redresser un Zimbabwe en ruine.

Né le 10 mars 1952, Morgan Tsvangirai est le fils aîné d'un charpentier qui a eu neuf enfants. Ancien ouvrier du textile et contremaître des mines, il a commencé sa carrière d'opposant dans le milieu du travail. D'abord syndicaliste de base, il est devenu en 1988 président du Congrès des syndicats du Zimbabwe (ZCTU).

A la fin des années 1990, il lance une série de grèves générales contre le gouvernement. Fort de sa popularité, il fonde le Mouvement pour le changement démocratique (MDC) fin 1999.

En moins d'un an, ce parti, que le pouvoir accuse d'être à la solde de l'ancienne puissance coloniale britannique, réussit à s'imposer comme la première force d'opposition sérieuse.

Mais il n'est pas question pour le régime de plier devant la popularité de cet homme, qui contrairement à la majorité de la classe politique n'a pas participé à la lutte pour l'indépendance dans les années 70.

La campagne des législatives de 2000 est entachée de violences: une trentaine de partisans du MDC sont tués, des centaines agressés, torturés, violés. Malgré tout, le MDC remporte près de la moitié des sièges du Parlement.

Deux ans plus tard, M. Tsvangirai défie son rival Mugabe à la présidentielle. Juste avant le scrutin, il est accusé de trahison pour "complot contre le chef de l'Etat" mais sera acquitté en 2004.

Si certains mettent en doute son sens tactique, rares sont ceux qui nient son courage et ses sacrifices.

Emprisonné à plusieurs reprises, le chef du MDC a également échappé à la mort en 1997 "quand un groupe d'agresseurs inconnus a tenté de le défenestrer depuis son bureau au dixième étage", selon une biographie autorisée.
 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.