Accéder au contenu principal
JUSTICE - CORSE

Le procès de Colonna suspendu jusqu'au 23 février

2 min

La cour d'assises spéciale de Paris a suspendu le procès d'Yvan Colonna, rejugé en appel pour l'assassinat du préfet Erignac en 1998, afin de mener un complément d'information. Les débats reprendront le 23 février.

Publicité

AFP - La cour d'assises spéciale de Paris qui juge en appel Yvan Colonna pour l'assassinat du préfet Erignac en 1998 a ordonné jeudi un supplément d'information sur les révélations de Didier Vinolas, entraînant une suspension du procès jusqu'au lundi 23 février à 13H00.

La cour, composée de neuf magistrats, a chargé deux d'entre eux de procéder à de nouvelles investigations "à la seule fin" d'identifier "X", le policier des Renseignements généraux qui aurait fourni en 2002 à M. Vinolas les noms de deux suspects jamais inquiétés dans l'affaire. Il devront également tenter d'identifier ces deux personnes.

Les deux magistrats Alain Cadet et Yann Daurelle seront notamment chargés d'auditionner à nouveau M. Vinolas, ancien collaborateur du préfet de Corse, et l'ex-procureur de Paris Yves Bot qui s'était également dit prêt à révéler l'identité de l'informateur.

Vendredi dernier, M. Vinolas, commissaire en détachement qui était secrétaire général de la préfecture de Corse lors de l'assassinat du préfet Claude Erignac le 6 février 1998 à Ajaccio, a affirmé que deux membres présumés du commando nationaliste à l'origine du crime n'auraient jamais été inquiétés.

Il a précisé avoir communiqué leurs noms --qu'il tenait d'un agent de la direction centrale des RG-- à différentes autorités, dont Yves Bot, en septembre 2002.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.