Accéder au contenu principal

Omar el-Béchir menace les forces de l'ONU et les ONG d'expulsion

Omar el-Béchir est au Darfour, où il a indiqué que les ONG et les Casques bleus présents sur le territoire soudanais "doivent respecter les lois locales", sous peine d'expulsion. Un message également valable pour les missions diplomatiques...

Publicité

AFP - Le président soudanais Omar el-Béchir a menacé dimanche d'expulser les ONG, le corps diplomatique et les forces de l'ONU présents au Soudan s'ils ne respectent pas les lois locales, lors d'un discours à El-Facher, au Darfour.

"J'ai un message pour toutes les missions diplomatiques présentes au Soudan, les organisations non gouvernementales (ONG) et les Casques bleus. Ils doivent respecter les lois locales sinon ils seront expulsés du pays sur le champ", a déclaré le président soudanais.

Omar el-Béchir est arrivé dimanche à El-Facher, capitale historique du Darfour, quatre jours après le mandat d'arrêt émis contre lui par la Cour pénale internationale (CPI) pour des crimes dans cette région de l'ouest soudanais.

Les pays occidentaux "nous ont dit que si nous permettions aux ONG de poursuivre leur travail, la décision de la CPI allait être suspendue. Mais nous avons refusé", a encore affirmé Omar el-Béchir lors d'un discours devant des milliers de personnes.

La CPI a délivré le 4 mars un mandat d'arrêt contre le président soudanais pour crimes de guerre et contre l'humanité au Darfour, mais ce dernier y a répondu avec véhémence en expulsant 13 ONG internationales actives dans cette  région en proie à la guerre civile.

"La CPI, les juges et le procureur sont tous sous mes souliers", a lancé avec dédain Omar el-Béchir.

"Ils nous ont demandé de démettre de ses fonctions Ahmed Haroun mais j'ai refusé", a encore ajouté le président soudanais, vêtu d'un costume vert safari, son crâne dégarni perlant de sueurs sous un soleil de plomb.

La France avait laissé entendre en septembre que le Conseil de sécurité de l'ONU pourrait étudier le gel des procédures contre le président soudanais si Khartoum effectuait un "geste" comme remettre Ahmed Haroun, ministre d'Etat aux Affaires humanitaires, et Ali Kosheib, un chef des miliciens progouvernementaux janjawids, réclamés par la CPI pour leur rôle dans les crimes au Darfour.

Omar el-Béchir, 65 ans, a par ailleurs assuré que des élections libres allaient avoir lieu "cette année" au Soudan et a accusé les pays donateurs de financer les ONG "pour changer les résultats" d'un éventuel scrutin.

Des élections sont normalement prévues cette année au Soudan, mais aucune date n'a encore été fixée.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.