Accéder au contenu principal

Continental annonce la fermeture de deux usines en Europe

Pour faire face à la crise, Continental a décidé de réduire sa production de pneus en Europe. Résultat, l'équipementier va fermer les sites français de Clairoix (Oise) et allemand de Hanovre, qui emploient près de 2 000 personnes.

Publicité

AFP - L'équipementier allemand Continental a annoncé mercredi la fermeture de deux sites de production de pneus en Europe, dont celui de Clairoix en France où sont employés 1.120 personnes.

Est également concerné le site de production de pneus pour camions de Hanovre en Allemagne (nord), où Continental a aussi son siège, selon un communiqué. 780 personnes sont touchées.

Au total, 1.900 postes sont supprimés, sur les 160.000 que compte Continental dans le monde.

"Il n'y a malheureusement pas d'alternative", a expliqué Hans-Joachim Nikolin, membre du directoire en charge de l'activité de pneumatiques, cité dans le communiqué.

En cause, selon Continental: la chute brutale de la demande en Europe, de plus de 30% sur les deux premiers mois de l'année pour les pneus pour voitures. L'équipementier allemand estime donc qu'il a durablement des surcapacités de production, de 15 millions de pneus pour voitures notamment.

Les rumeurs de fermeture de l'usine française de Clairoix (Oise) ont suscité une vive émotion en France, alors que les salariés avaient accepté d'importantes concessions pour conserver le site. Une fermeture serait "une trahison", avait récemment affirmé le secrétaire d'Etat français à l'Industrie Luc Chatel.

Mais, selon Continental, Clairoix est le site européen où les coûts sont les plus élevés. "Nous avons étudié plusieurs options et sommes parvenus à la conclusion que la compétitivité de la division pneus ne pouvait être conservée qu'en fermant les deux usines aux coûts les plus élevés", a expliqué M. Nikolin.

"C'est dommage, tout le monde a fait ce qu'il pouvait (...) mais de facto, au regard de la concurrence entre les sites, ce n'était pas assez", a expliqué un porte-parole de la division pneus interrogé au sujet de Clairoix. "C'est une décision nécessaire", a-t-il insisté. Ainsi, les coûts de fabrication à Clairoix sont 20% plus élevés que ceux d'une autre usine française similaire, à Sarreguemines (est), selon lui.

La production y sera arrêtée en deux étapes, pas avant le 31 mars 2010. A terme, ne resteront à Clairoix que des activités de marketing et de distribution, qui emploient 175 personnes (en plus des 1.120 postes supprimés), selon la même source.

Des discussions vont avoir lieu avec les syndicats et le comité d'entreprise, a précisé le porte-parole. "Les politiques seront impliqués", a-t-il ajouté, sans plus de détails.

Par ailleurs, la production de pneus sera aussi fortement réduite sur le site de Puchov en Slovaquie. Les salariés verront leur temps de travail réduit d'un quart à 30 heures par semaine sans compensation de salaire, a précisé à l'AFP un porte-parole de "Conti".

Touché de plein fouet par la crise, Continental est également empêtré dans son rachat par son compatriote Schaeffler: le groupe familial croule sous les dettes, désormais incapable de financer seul une acquisition de plusieurs milliards d'euros. Il a demandé l'aide de l'Etat et prépare un nouveau plan pour la poursuite des activités.

A la Bourse de Francfort, le titre Continental chutait de 7,45% à 12,55 euros sur un indice MDax des valeurs moyennes en hausse de 0,64% à 13H15 GMT.
 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.