Accéder au contenu principal
NUCLÉAIRE

Le Koweït pourrait intégrer le tour de table d'Areva

2 min

Intéressé par le développement de l'énergie nucléaire, le Vice-Premier ministre du Koweït annonce la mise en place d'une collaboration entre la France et son pays. L'émirat pourrait prendre une participation dans Areva.

Publicité

Reuters - Le Koweït va nouer une coopération avec la France dans le domaine du nucléaire civil, a annoncé vendredi le vice-Premier ministre koweïtien laissant entendre que l'émirat était prêt à prendre une participation dans Areva.

 

S'exprimant à l'issue d'une entrevue avec le président Nicolas Sarkozy, cheikh Jaber Moubarak Al-Hamad Al-Sabah a indiqué avoir discuté avec le chef de l'Etat de l'acquisition éventuelle de matériel militaire français et "également du sujet de l'énergie, dont les réacteurs".

 

Prié de dire si le Koweït allait nouer une coopération avec la France dans le nucléaire civil, il a répondu : "Oui".

 

A la question de savoir si le Koweït était au nombre de pays du Golfe qui pourraient envisager une prise de participation dans Areva, comme l'indiquait mercredi le Financial Times, il a indiqué : "Ce sont des sujets économiques qui seront discutés par des spécialistes de ces dossiers, mais ce n'est pas loin de la vérité".

 

L'émir du Koweït, cheikh Sabah al-Ahmad al-Sabah, avait indiqué le mois dernier que l'émirat était intéressé par des centrales nucléaires afin de satisfaire ses besoins en électricité et alimenter ses usines de dessalement, ajoutant qu'un "groupe français" non identifié étudiait le dossier.

 

Ses propos, rapportés par un journal local, avaient été prononcés une semaine après une visite de Nicolas Sarkozy à Koweït, où le chef de l'Etat français avait notamment discuté de la vente éventuelle d'avions de combat Rafale.

 

Interrogé sur un contrat éventuel, cheikh Jaber, qui est également ministre de la Défense du Koweït, a déclaré : "Les Rafale sont d'excellents avions, la décision appartiendra aux forces armées koweïtiennes. Bien évidemment, nous serions très heureux d'en avoir au sein de nos forces armées".
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.