Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Des militantes féministes torturées dans les prisons saoudiennes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

France 24 en Libye : les migrants débarqués du Nivin dans le port de Misrata

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Alain Juppé : "Les réformes de la fiscalité écologique sont nécessaires"

En savoir plus

LE DÉBAT

Affaire Carlos Ghosn : dérive solitaire ou lutte de pouvoir ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

RD Congo : coup d'envoi de la campagne à un mois de la présidentielle

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Jawad Bendaoud, le logeur des jihadistes du 13-Novembre, jugé en appel

En savoir plus

FOCUS

Le chlordécone, poison pour les terres et les corps en Martinique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Zahia Ziouani, la "maestra" pour qui rien n’est impossible

En savoir plus

L’invité du jour

Stéphane Bourgoin : "Les serial killers cherchent à devenir l’égal de Dieu"

En savoir plus

Afrique

Washington dénonce un coup d'État et réduit son aide

Texte par Nicolas DE SCITIVAUX

Dernière modification : 20/03/2009

Après l'Union européenne, c'est au tour des États-Unis de dénoncer un coup d'État à Madagascar. L'administration Obama a également décidé d'appliquer des sanctions contre l'île, suspendant son aide non humanitaire.

La situation se complique pour le nouveau président malgache, Andry Rajoelina. Les États-Unis, qui avaient déjà qualifié, jeudi, sa prise de pouvoir de "non démocratique" , ont haussé le ton.

 

Vendredi, Washington a rejoint la position européenne et dénoncé un "coup d’État", annonçant dans la foulée la suspension de son aide non humanitaire.

 

Plus tôt dans la journée, le président français Nicolas Sarkozy avait lui aussi employé les mêmes termes et souhaité une sortie de crise rapide.

  

"Je regrette beaucoup l'évolution à Madagascar, j'appelle à des élections le plus rapidement possible, c'est la seule façon de sortir de l'imbroglio", a-t-il déclaré, lors d'une conférence de presse tenue à l'issue d'un sommet européen.

 

Mais contrairement aux États-Unis, la France, premier bailleur de fonds de Madagascar, maintient sa coopération économique et son aide à la population malgache.

 
L'UA sanctionne, mais garde la porte ouverte
 

L’Union africaine (UA), réunie vendredi à Addis Abeba, a pour sa part décidé de suspendre Madagascar de l’Organisation, estimant l’arrivée au pouvoir d’Andry Rajoelina "anticonstitutionnelle".

  

Une sanction "logique", selon Emmanuel Goujon, correspondant de France 24 dans la région. "Par principe, l'UA condamne toute prise de pouvoir anticonstitutionnelle. La suspension est quasi-automatique", rappelle-t-il.  

 

Jeudi, le nouveau président malgache avait suspendu les activités de l’Assemblée nationale et du Sénat, une décision qui a "choqué" les responsables du Conseil de paix et de sécurité de l’UA, selon Goujon.

 

La Communauté de développement d'Afrique australe (SADC), dont Madagascar est membre, veut organiser un sommet d'ici à la fin du mois pour discuter d'éventuelles sanctions contre l’île, après avoir refusé de reconnaître le nouveau président.

 

Le nouveau pouvoir malgache se défend d'avoir commis un coup d'État

 

De son côté, le nouveau pouvoir malgache se défend d’avoir commis un "coup d'État" contre l'ex-président Marc Ravalomanana, contraint à la démission mardi.
 

"Nous ne pensons pas que c'est un coup d'Etat. C'est l'expression directe de la démocratie, quand la démocratie représentative ne s'exprime pas à travers les institutions", a déclaré à l'AFP, à Antananarivo, le Premier ministre de transition, Monja Roindefo.

 

Le nouveau président, qui fêtera samedi son investiture, a pris soin d’inviter tous les ambassadeurs. Mais à la suite des nombreuses critiques internationales, Virginie Herz, envoyée spéciale de France 24 à Madagascar, estime que "la représentation diplomatique pourrait être très légère", lors de l’évènement.

 

Première publication : 20/03/2009