Accéder au contenu principal

Tsvangirai qualifie de vol les occupations de fermes

Le Premier ministre zimbabwéen, Morgan Tsvangirai, a déclaré que les personnes qui perturbent la production agricole, au nom de la réforme agraire voulue par le président Mugabe, seront désormais arrêtées et traduites en justice.

PUBLICITÉ

REUTERS - Le Premier ministre zimbabwéen, Morgan Tsvangirai, s'est nettement démarqué vendredi du président Robert Mugabe en assimilant l'occupation des fermes à du vol, punissable par la loi.

"Ce gouvernement est conscient que la plupart des troubles actuels qui perturbent la production agricole, et qui ont été faits au nom de la réforme agraire, sont en réalité des agissements de voleurs", a déclaré Tsvangirai lors d'une rencontre avec des diplomates et des représentants de la société civile et du monde des affaires.

"Ceux qui continuent à mener ces activités seront arrêtés et traduits en justice. J'ai chargé le ministère de l'Intérieur de s'assurer que tous les crimes seront poursuivis et leurs auteurs arrêtés et inculpés", a-t-il promis.

La saisie des exploitations agricoles détenues par des propriétaires blancs, afin de les donner aux paysans noirs, est devenue l'un des axes essentiels de la politique du président Mugabe dans les années récentes. Ses détracteurs estiment qu'elle a contribué à ruiner le secteur agricole.
 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.