CORÉE DU NORD

Le lancement de la fusée serait imminent, selon Pyongyang

La fusée nord-coréenne va être lancée dans les heures qui viennent, a indiqué Pyongyang par la voix de son agence officielle. Les Etats-Unis et le Japon soupçonnent que l'opération dissimule un test de tir de missile longue portée.

Publicité

Reuters - La Corée du Nord s'apprête à
lancer une fusée de longue portée après avoir achevé les
préparatifs de mise en orbite d'un satellite, a annoncé l'agence
de presse officielle du pays, malgré les appels internationaux à
renoncer à ce projet.
"Le satellite sera bientôt lancé", a indiqué l'agence KCNA,
reçue à Séoul.

  

La République populaire démocratique de Corée (RPDC) a
annoncé il y a plusieurs jours qu'elle lancerait une fusée entre
samedi et mercredi sur un créneau horaire de 02h00 GMT à 07h00
GMT.

 

Ce lancement est considéré par les Etats-Unis, la Corée du
Sud et le Japon comme un test déguisé d'un missile de longue
portée Taepodong-2 doté d'une ogive et pouvant atteindre
l'Alaska.

 

Le Japon a pensé un moment que le lancement avait été
effectif avant de retirer l'information.

 

Barack Obama a annoncé vendredi que la communauté
internationale agirait si la Corée du Nord allait de l'avant
avec le lancement.

 

"Nous travaillerons avec tous les partenaires intéressés de
la communauté internationale pour prendre des mesures
appropriées pour faire savoir à la Corée du Nord qu'elle ne peut
pas menacer la sécurité et la stabilité d'autres pays
impunément", a déclaré le président américain.

 

Le président sud-coréen Lee Myung-bak a convoqué une réunion
de ses principaux conseillers à la sécurité dans le bunker de la
présidence, a annoncé l'agence de presse sud-coréenne Yonhap.

 

La Corée du Nord a déjà essayé une fois de lancer un
Taepodong-2. C'était en juillet 2006. Le missile s'est
désintégré environ 40 semaines après le lancement.

 

D'une portée estimée à 6.700 km, la fusée en cours de
préparation devrait survoler le Japon pour larguer ses moteurs
vers le sud-ouest d'Hawaii.

 

La Corée du Nord a mis en place des équipements pour suivre
le lancement, a indiqué un responsable sud-coréen selon l'agence
Yonhap.

 

"D'après l'achèvement de l'alimentation en combustible et la
mise en place des caméras de surveillance, la possibilité d'un
lancement d'ici quelques heures est très élevée", a indique le
responsable.

 

Selon le quotidien japonais Yomiuri, la Corée du Nord a
déployé des navires de surveillance en mer du Japon, où le
premier étage du lanceur est supposé tomber.

 

La Corée du Nord estime avoir le droit de lancer la fusée
dans le cadre de son programme spatial, tandis que les
Etats-Uhis considèrent ce lancement comme une violation des
résolutions votées par le Conseil de sécurité des Nations unies
en 2006 après des tests nucléaires et d'autres missiles opérés
par Pyongyang.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine