PARADIS FISCAUX

L'OCDE retire l'Uruguay de sa "liste noire"

L'Uruguay a été retirée de la "liste noire" des paradis fiscaux dressée par l'OCDE, au lendemain de sa présentation. Le pays a adressé une lettre à l'organisation dans laquelle il s'engage à respecter ses standards en matière bancaire.

Publicité

Reuters - L'OCDE a retiré l'Uruguay de sa "liste noire" des paradis fiscaux non-coopératifs, 24 heures seulement après l'y avoir inscrit, a annoncé vendredi le ministre uruguayen de l'Economie, Alvaro Garcia, lors d'une conférence de presse.

"Nous avons été informés il y a quelques heures que nous étions retirés de la liste des juridictions non engagées", a-t-il dit.

Les centres non-coopératifs figurant sur la liste établie par l'Organisation de coopération et de développement économiques sont accusés d'abriter des milliards de dollars d'épargnants ou d'entreprises désireux d'échapper au fisc dans leur pays d'origine.

La nouvelle liste "noire" de paradis fiscaux publiée jeudi soir par l'organisation regroupe les pays qui ne se sont pas engagés à respecter le standards internationaux. Outre l'Uruguay, elle incluait le Costa Rica, la Malaisie (Labuan) et les Philippines.

Dans un communiqué publié vendredi, l'OCDE salue l'engagement de Montevideo à respecter les règles de l'organisation en matière de transparence et d'échange d'informations.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine