ÉTATS-UNIS

Le financier Allen Stanford dément toute escroquerie

Soupçonné d'être à l'origine d'une escroquerie de plus de neuf milliards de dollars, le milliardaire américain dément toute malversation. Aux États-Unis, il s'agit de la plus importante fraude présumée depuis l'affaire Madoff.

Publicité

AFP - Le financier américain Allen Stanford, poursuivi pour une escroquerie de plusieurs milliards de dollars, a démenti toute malversation dans une interview diffusée lundi, au cours de laquelle il est apparu tour à tour ému et excédé.

"Je mourrais et j'irais en enfer s'il s'agissait d'un schéma de Ponzi", une fraude pyramidale, a dit M. Stanford, selon des extraits de cette interview qui doit être diffusée lundi soir sur la chaîne américaine ABC.

L'affaire de fraude concernant M. Stanford porte, selon le gendarme de la Bourse américaine, la SEC, sur 9,2 milliards de dollars de faux placements. Il s'agit de la plus importante affaire de fraude révélée aux Etats-Unis depuis l'arrestation en décembre du financier new-yorkais Bernard Madoff, accusé d'avoir monté une escroquerie atteignant 50 milliards de dollars.

Selon ABC, le financier avait les larmes aux yeux au cours de l'interview et a pleuré en évoquant la façon dont l'enquête de la SEC l'a privé de son titre de 405e personne la plus riche du monde selon le classement du magazine Forbes.

"Je suis le riche Texan venu de nulle part qu'ils peuvent afficher à leur tableau de chasse. Et c'est la seule raison pour laquelle ils s'en sont pris à moi", a-t-il déclaré.

Interrogé sur les comparaisons faites entre son cas et celui de M. Madoff, il a répondu: "Conneries. Ce sont des conneries (...) Cela me rend furieux et me touche jusqu'au plus profond de mon âme".

Le financier a même semblé perdre totalement son sang froid lorsqu'un journaliste lui a demandé de réagir à des informations indiquant qu'il faisait l'objet d'une enquête pour blanchiment d'argent au profit d'un cartel mexicain.

"Si vous me répétez ça en face, je vous mets mon poing dans la figure", a-t-il pesté, avant de retrouver son calme.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine