MADAGASCAR

Le Conseil de sécurité de l'ONU souhaite des élections rapides

Préoccupé par les conditions anticonstitutionnelles de la prise de pouvoir par Andry Rajoelina, le Conseil de sécurité de l'ONU a demandé un rapide retour à l'ordre constitutionnel par des élections.

Publicité

AFP - Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est dit préoccupé mardi par les conditions anticonstitutionnelles dans lesquelles le pouvoir a changé de mains récemment à Madagascar et a demandé un retour rapide à la normale par la voie d'élections, a indiqué un responsable onusien.

"Les membres du Conseil ont exprimé de sérieuses préoccupations concernant les moyens anticonstitutionnels par lesquels l'ancien maire (d'Antananarivo, Andry Rajoelina) a pris le pouvoir", a déclaré à la presse Haïlé Menkerios, sous-secrétaire général de l'ONU aux affaires politiques, chargé de l'Afrique.

"Ils ont vivement souhaité un retour rapide à l'ordre constitutionnel par un processus de transition basé sur un consensus de tous les acteurs et parties intéressées de Madagascar", a-t-il ajouté.

"C'est aux parties de décider, personne ne leur dicte quoi que ce soit (...) mais un retour à l'ordre constitutionnel ne peut venir que de l'organisation rapide d'élections pour que le peuple de Madagascar décide", a ajouté le diplomate onusien.

M. Menkerios s'exprimait après avoir rendu compte au Conseil, à huis clos, de la situation dans la Grande île, où il avait été envoyé comme émissaire par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, lors des troubles politiques du mois dernier.

Les autorités de transition à Madagascar, dont la prise de pouvoir est contestée par la communauté internationale, ont proposé vendredi une élection présidentielle en octobre 2010.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine