MANIFESTATION ANTI-G20

L'homme mort à Londres a été agressé par la police, selon une vidéo

Une semaine après le sommet du G20, le quotidien britannique "The Guardian" a rendu public une vidéo amateur montrant Ian Tomlinson, mort en marge des manifestations suite à un malaise cardiaque, poussé au sol par un policier.

Publicité

Le succès politique du sommet du G20 étant passé, une autre affaire, beaucoup moins glorieuse, fait maintenant la une des journaux britanniques. Ian Tomlinson, l’homme qui est mort la semaine dernière à Londres pendant les manifestations à la veille du sommet du G20, aurait en fait été agressé par la police quelques minutes avant de s’effondrer et de succomber à une crise cardiaque, les médecins policiers et l'équipe d'ambulanciers n’ayant pas réussi à le réanimer.

C’est un gérant de fonds new-yorkais qui a envoyé au quotidien de centre-gauche "The Guardian" une vidéo amateur qu’il a tournée, estimant que la famille de la victime "n’obtient pas de réponse aux questions qu’elle pose".

Dans la vidéo, on voit Tomlinson, un marchand de journaux de 47 ans, marcher, les mains dans les poches, près d’un groupe de policiers anti-émeute tenant plusieurs chiens en laisse. Sa famille assure qu’il rentrait chez lui après son travail pour regarder un match de football. Les policiers semblent lui demander de marcher plus vite. Tout à coup, l’un d’entre eux le pousse rudement au sol. Tomlinson reste par terre quelques secondes et semble invectiver les policiers, qui ne viennent pas à son secours. Un passant l’aide ensuite à se lever et il réussit à s’en aller. La vidéo se termine ici, mais Tomlinson s’effondrera quelques minutes plus tard.
 

La version officielle sérieusement remise en cause


Des témoignages directs de personnes disant avoir assisté à la scène sont venus appuyer la vidéo. Une femme affirme ainsi qu’avant même l’incident filmé par cette vidéo amateur, Tomlinson aurait déjà été violemment jeté au sol par un policier anti-émeute et frappé deux fois par celui-ci avec un bâton. Tomlinson n'aurait pas répliqué.

La version officielle de la police est désormais sérieusement remise en question. La police avait, dans un premier temps, mis l’accent sur le fait que des manifestants auraient jeté des bouteilles et autres projectiles, entravant les tentatives des médecins policiers et les services ambulanciers de réanimer Tomlinson après son effondrement.

L’IPCC (Independent Police Complaints Commission), "la police des polices", a ouvert une enquête. Mais David Howarth, député et porte-parole des Liberal Democrats (centre-gauche, opposition), parle d’une "attaque révoltante et délibérée" et a demandé l’ouverture d’une enquête criminelle.

L’incident rappelle évidemment la mort, dans le métro londonien, du jeune Brésilien Jean Charles de Menezes, pris pour un terroriste deux semaines après les attentats de Londres en juillet 2005 et tué par des policiers de sept balles dans la tête. Cet incident avait choqué le pays et très sérieusement terni la réputation de la police londonienne, obligeant finalement son chef, Ian Blair, à démissionner. Sans grande surprise, la police a refusé de commenter la vidéo publiée sur le site du "Guardian".
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine