FOOTBALL

L'entraîneur et plusieurs joueurs de la sélection tchèque écartés

Petr Rada a été limogé de son poste d'entraîneur de la sélection tchèque, après une défaite contre la Slovaquie. Six joueurs, dont Milan Baros (photo), ont également été écartés en raison d'un scandale en rapport avec des prostituées.

Publicité

AFP - Sélectionneur et encadrement limogés pour mauvais résultats, six joueurs exclus de la sélection pour une soirée passée en compagnie de femmes présentées comme des prostituées une soirée de défaite: La République tchèque a donné un grand coup de balai dans son football national.

Battue le 1er avril à domicile par les Slovaques (1-2), la République tchèque est 4e du groupe 3, à cinq points du leader, en éliminatoires du Mondial-2010. Cette contre-performance a donc coûté sa place Petr Rada, 50 ans, limogé.

"Tout l'encadrement de la sélection a été limogé, à cause des résultats non satisfaisants", a précisé le chef de la Fédération, Pavel Mokry.

"Rada a été invité à s'expliquer au cours d'une conférence de presse, mais il a refusé", a-t-il aussi dit.

Dans le même temps, le comité exécutif a décidé d'exclure de l'équipe nationale six joueurs, qui avaient participé selon la presse à une soirée dans un restaurant en compagnie de femmes, présentées comme des prostituées, après le match contre la Slovaquie.

"Soirée malheureuse"

Il s'agit des défenseurs Tomas Ujfalusi (Atletico Madrid) et Radoslav Kovac (West Ham), du milieu de terrain Marek Matejovsky (Reading), et des attaquants Milan Baros (Galatasaray), Martin Fenin (Francfort) et Vaclav Sverkos (Sochaux).

"La décision sur les joueurs a été prise à l'unanimité", a dit M. Mokry.

Plus tôt dans la journée, Tomas Ujfalusi, capitaine de la sélection tchèque, avait déjà annoncé qu'il mettait fin à sa carrière internationale, en liaison avec cette affaire.

"J'arrête de jouer en équipe nationale compte tenu de la situation actuelle à la Fédération tchèque et de ce qu'il y a dans les médias", a annoncé le joueur âgé de 31 ans.

Dans le même temps, l'ancien international Karel Poborsky (118 sélections) annoncé qu'il quittait son poste de manageur technique de la sélection.

"Je ne bénéficiais pas de compétences nécessaires", a expliqué Poborsky. "La décision d'Ujfalusi m'a choqué. C'était lui le capitaine, responsable des résultats obtenus sur le terrain. En plus, il a participé à cette soirée malheureuse", a regretté Poborsky.

Straka ou Jarolim

Les Tchèques vont prochainement accueillir en amicaux Malte (5 juin) et la Belgique (12 août), avant de disputer en automne les quatre dernières rencontres comptant pour leur groupe de qualification pour le Mondial-2010, en Slovaquie (5 septembre) et à domicile face à Saint-Marin (9 septembre), la Pologne (10 octobre) et l'Irlande du Nord (14 octobre).

La nomination sur le nouveau sélectionneur est attendue fin avril. Le nom de l'ex-international Frantisek Straka est cité par la presse dans ce contexte. Straka, 50 ans, a notamment dirigé le FK Teplice, Sparta Prague et Viktoria Pilsen (1re div. tchèque), du FC Tyrol et d'Innsbruck (1re div. autrichienne).

Pilier de la défense du Sparta dans les années 1980, Straka a endossé à partir de 1988 le maillot de plusieurs clubs allemands, dont celui du Borussia Moenchengladbach et du Hansa Rostock.

Totalisant 35 sélections à l'équipe de Tchécoslovaquie entre 1983 et 1990, il a été quart de finaliste du Mondial 1990 en Italie.

"Moi, je n'ai dans la tête qu'un seul nom, celui de Karel Jarolim (entraîneur du Slavia Prague)" a toutefois affirmé M. Starka, selon qui la sélection avait aujourd'hui besoin d'une "poigne ferme".

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine