ALGÉRIE

Carnet de route : l'élection algérienne

Notre journaliste Adel Gastel se trouve en Algérie pour couvrir l'élection présidentielle. Il livre ses impressions dans son carnet de route, ci-dessous.

Publicité

Vendredi 10 avril

Construire... C'est ce que veulent les Algériens. Construire des maisons pour juguler la crise du logement, par exemple. "Construire le pays". C’est ce que disent les gens quand on leur demande ce qu'ils attendent de Bouteflika.


Les grands projets pullulent en Algérie. Une véritable exigence technique et architecturale les accompagne. Sur la photo, apparaissent deux ouvriers en action dans le quartier d'Hydra.

Ils travaillent sans respecter la moindre mesure de sécurité. Les "imperfections du débutant". C'est ainsi que l'on pourrait qualifier certains comportements professionnels dans le secteur du bâtiment. Le chemin est encore long...

 

 

 

Jeudi 9 avril - 12h00 GMT+2

 

Nous sommes dans le département d’Ain Defla, à une centaine de kilomètres d’Alger. Les cavaliers se dressent fièrement non loin de l’autoroute Est-Ouest. Ils s’apprêtent à accueillir le ministre des Travaux publics, qui inaugure un nouveau tronçon de cette autoroute dont le coût dépasse 8 milliards d’euros. Elle mesure 1 200 kilomètres. C’est l'une des réalisations majeures de l’ère Bouteflika.

 

 

 

Les cavaliers arabes sont des guerriers par définition. Leur posture reflète une certaine noblesse. Le cheval est omniprésent dans l’histoire arabo-islamique. Il est synonyme de gloire et de conquête. C’est peut-être ce qu’a compris Bouteflika dont le portrait, omniprésent dans la campagne électorale, salue les glorieux cavaliers algériens.

 

Jeudi 9 avril - 08h00 GMT+2

 

El-Harrach, un quartier populaire à l’est d’Alger. Ce passage, qui mène à la rue Boualem Boumaza, a été le théâtre d’atrocités commises pendant la "décennie noire". Le quartier était le fief de groupes armés, qui livraient une guerre impitoyable aux forces de l’ordre. Il a perdu plusieurs de ses enfants. Une même famille en a perdu six.

 

Ce petit passage escarpé est le témoin d’une époque où des amis pouvaient, du jour au lendemain, s’étriper à cause de la politique. À l’heure de la réconciliation nationale, El-Harrach panse ses blessures.


Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine