IRAK

9 morts dans un attentat contre le siège d'une milice anti-Al-Qaïda

Un kamikaze s'est fait exploser dans une ville située à 60 km au sud de Bagdad, où se trouve le quartier général d'une milice sunnite d'anciens insurgés reconvertis dans la lutte contre Al-Qaïda. L'attaque a fait neuf morts et 23 blessés.

Publicité

AFP - Neuf personnes ont été tuées et 23 autres blessées samedi au sud de Bagdad dans un attentat suicide contre le quartier général d'une milice sunnite de lutte contre Al-Qaïda, a déclaré à l'AFP un officier irakien.

Un kamikaze a actionné sa ceinture d'explosifs dans le quartier général des Sahwa, ces anciens insurgés reconvertis dans la lutte contre Al-Qaïda, a déclaré le lieutenant Haidar Al-Lami.

L'attentat s'est produit à Latifiyah, alors que l'armée irakienne venait rencontrer les membres des Sahwa pour payer leurs salaires.

Latifiyah se trouve à 60 km au sud de Bagdad, dans la province de Babylone.

Selon le lieutenant Lami, les victimes sont des soldats et des membres des Sahwa.

Les "Fils d'Irak" ou Sahwa ("Réveil" en arabe) sont apparus en septembre 2006 dans la province sunnite d'Al-Anbar, à l'initiative des chefs locaux de tribus encouragés par l'armée américaine.

Ces sunnites, souvent des insurgés combattant les forces de la Coalition, ont retourné leurs armes contre leurs anciens compagnons et contre le réseau Al-Qaïda, jugé trop extrémiste et sanguinaire. Les Américains les ont largement utilisés dans le cadre de leur stratégie de contre-insurrection.

Financés par l'armée américaine, ils ont fortement contribué à la baisse des violences amorcée au second semestre 2007.

Le 2 avril, l'armée américaine a remis aux autorités irakiennes le contrôle de la totalité des 92.000 membres des "Sahwa".

Considérés comme des traîtres par leurs anciens compagnons d'armes, ils sont l'objet d'attentats, attaques et assassinats depuis plusieurs mois.

Cet attentat intervient au lendemain de la mort de cinq soldats américains dans un attentat suicide au camion piégé perpétré à Mossoul, le dernier bastion urbain d'Al-Qaïda.

Cet attentat a constitué l'attaque la plus meurtrière contre les forces de la coalition depuis plus d'un an.

Le commandement américain estime qu'Al-Qaïda, même affaibli, conserve la capacité de monter des opérations complexes.

Le niveau des violences a baissé ces derniers mois en Irak tombant à son niveau le plus bas depuis les premiers mois de l'invasion américaine en mars 2003.

Mais une série d'attentats en mars et début avril, notamment à Bagdad avec six attentats à la voiture piégée le 6 avril qui ont fait 34 morts et près de 130 blessés, ont ravivé les craintes d'un regain des violences alors que les 140.000 soldats américains commencent à se retirer progressivement d'Irak.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine