THAÏLANDE

Les chefs de l'opposition opèrent un repli stratégique

Après le décès d'au moins deux manifestants, lundi, les leaders des chemises rouges massées devant le siège du gouvernement ont appelé leurs partisans, encerclés par l'armée, à quitter la zone, afin d'éviter toute effusion de sang.

Publicité

AFP - Les manifestants antigouvernementaux qui étaient cernés depuis lundi soir par d'importantes forces de sécurité près du siège du pouvoir à Bangkok, ont décidé de se disperser, a déclaré mardi matin un de leurs leaders.

"Nous avons eu des discussions entre nous depuis la nuit dernière et avons décidé de nous disperser pendant un moment", a déclaré à l'AFP une dirigeante des manifestants, Prateep Ungsongtham Hata.

"Nous ne nous rendons pas (aux autorités), nous dispersons seulement le rassemblement parce que nous n'avons rien fait de mal", a-t-elle ajouté, alors que plusieurs chaînes de télévision avaient rapporté plus tôt que les manifestants étaient prêts à se rendre aux forces de sécurité.

Selon un porte-parole militaire, plus de 2.000 manifestants étaient restés massés dans la nuit près du siège du gouvernement à Bangkok, cernés par des centaines de soldats armés et par des blindés, au lendemain d'une journée de violence et d'anarchie qui a fait au moins deux morts et 113 blessés.

"La raison pour laquelle nous avons décidé de nous disperser est liée au fait que nous voulons éviter la moindre perte en vies humaines", a dit Mme Prateep.

 

  

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine