DÉMOGRAPHIE

L'hiver 2009 a provoqué une hausse de la mortalité

Selon une estimation de l’Institut de veille sanitaire, l’hiver 2008-2009, l’un des plus froids des 20 dernières années, a provoqué une hausse de la mortalité. L'institut enregistre un excès de 6 000 morts depuis le début de l'année.

Publicité

AFP - Une hausse de la mortalité a été enregistrée cet hiver en France, l'un des plus froids des 20 dernières années, avec un excès de près de 6 000 décès sur les six premières semaines de 2009, selon une première estimation de l'Institut de veille sanitaire (InVS).

"Depuis le début de l'année 2009, une hausse des effectifs de décès est enregistrée comparativement aux trois années précédentes et concerne plus particulièrement les personnes les plus âgées (85 ans ou plus)", selon les données de l'InVS publiées mardi dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire.

Un phénomène analogue avait été observé en 2005.

Selon les chercheurs, l'évolution démographique ne suffit pas à expliquer entièrement cette augmentation. Ils estiment qu'elle peut être mise en relation "avec la survenue concomitante de plusieurs facteurs".

D'une part la France a connu en janvier une vague de froid importante. De plus, "la pathologie respiratoire infectieuse a été très présente chez les personnes âgées" depuis le début décembre 2008. Enfin la grippe, sans être plus grave que celle des autres années, a touché "une part importante de la population".

Les régions Basse-Normandie, Bourgogne, Bretagne, Languedoc-Roussillon et Poitou-Charentes apparaissent les plus touchées.

Les événements climatiques ou épidémiques, outre leur effet direct sur la mortalité, "peuvent entraîner une déstabilisation de l'état général pouvant conduire au décès chez les personnes les plus vulnérables", soulignent les chercheurs.

En Europe, plusieurs pays (Royaume-Uni, Danemark, Suède et Portugal) ont signalé des situations analogues à celle de la France.

Cette première estimation de l'InVS est basée sur 70 % des décès enregistrés en France métropolitaine et ne permet pas de quantifier l'excès total de décès.

En dehors de tout événement inhabituel, le niveau général de la mortalité est plus élevé pendant les périodes hivernales et plus bas en été.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine