AUTOMOBILE

Les salariés d'Heuliez bientôt fixés sur leur sort

Les 1 000 salariés de l'équipementier automobile Heuliez, menacé de liquidation judiciaire, devraient être fixés sur leur sort, mardi après-midi, une fois leur situation examinée par le tribunal de commerce de Niort.

Publicité

AFP - Les 1 000 salariés de l'équipementier automobile Heuliez, menacé de liquidation judiciaire, devraient être fixés sur leur sort mardi à l'issue d'une réunion devant le tribunal de commerce de Niort.

L'entreprise basée a Cerizay (Deux-Sèvres) a besoin de 45 millions d'euros et de partenaires financiers et industriels pour éviter de disparaître.

Le tour de table ne sera pas bouclé mardi, mais les syndicats espèrent que le tribunal, qui doit mettre fin au plan de sauvegarde ouvert en octobre 2007, placera le groupe en redressement judiciaire avec une période d'observation.

"Ce sera une situation douloureuse, mais plus favorable qu'une liquidation judiciaire, synonyme de mort. Un redressement judiciaire peut amener des investisseurs, des repreneurs. Et l'activité continue", souligne Michel Boureau, délégué CFE-CGC.

Pour Emile Bregeon, délégué de la CFDT (majoritaire), un éventuel redressement judiciaire "pourrait être une opportunité. Elle nous laisserait le temps de trouver un repreneur".

Depuis jeudi, l'espoir est revenu à Cerizay, après l'annonce par l'Etat qu'il apporterait "au moins" 10 millions d'euros pour tenter de sauver l'entreprise. Le porte-parole du gouvernement Luc Chatel a expliqué la décision du gouvernement par "les perspectives industrielles intéressantes du véhicule électrique" qui est l'un des projets actuellement développés par Heuliez.

"L'Etat a dit vouloir éviter la liquidation judiciaire et obtenir la période d'observation la plus longue possible pour nouer des partenariats industriels", se félicite Emile Bregeon.

La région Poitou-Charentes a annoncé de son côté qu'elle donnerait 5 millions d'euros.

"Les choses ont évolué. Le climat n'est pas le même qu'il y a dix jours", note avec espoir Claude Point, délégué CFDT.

L'équipementier, en difficulté, avait demandé le 26 octobre 2007 l'ouverture d'une procédure de sauvegarde acceptée puis prolongée par le tribunal. Mais la situation d'Heuliez, l'un des plus gros employeurs du département, ne s'est pas améliorée depuis.

Pour marquer leur détermination à "sauver une entreprise viable", les salariés ont décidé en tout cas de manifester mardi matin dans le centre de Niort avant la réunion du tribunal de commerce, prévue dans l'après-midi.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine