SCOTLAND YARD

Un deuxième policier suspendu pour violences lors du G20

Un policier britannique a été suspendu après la diffusion d'un film le montrant en train de frapper une femme lors des manifestations anti-G20, à Londres. La police est sous le feu des critiques depuis la mort d'un homme, le même jour.

Publicité

AFP - La police britannique, sous le feu des critiques après la mort d'un homme en marge des manifestations anti-G20 à Londres, a suspendu mardi un deuxième policier, qui apparaît sur une nouvelle vidéo mise en ligne, le montrant en train de donner un coup de matraque à une femme le même jour.

"Les actions de ce policier sont préoccupantes", a indiqué Scotland yard dans un communiqué, quelques heures après la mise en ligne d'une vidéo amateur sur le site de partage YouTube et filmée au milieu d'une foule très agitée.

"Le policier a été identifié et suspendu le temps d'une enquête plus approfondie", a fait ensuite savoir Scotland Yard plusieurs heures plus tard.

Les images montrent une femme de dos, casquette sur la tête, faisant face à un policier qui la pousse sur l'épaule, pour la faire reculer. Celle-ci revenant vers lui, il fait un geste du revers de la main vers son visage sans que l'angle de vue ne permette de voir s'il la touche.

Pris à partie verbalement une troisième fois, le policier sort sa matraque et frappe la jeune femme, beaucoup plus petite que lui, sur la partie inférieure du corps, qui n'est pas visible, vraisemblablement au niveau de la cuisse ou du genou.

"Une fois que cette vidéo nous a été signalée par un organe de presse cet après-midi nous avons entrepris les démarches pour identifier le policier et nous sommes actuellement en train de rapporter l'incident à l'IPCC", commission indépendante chargée d'examiner les plaintes contre la police, avait poursuivi Scotland yard dans son premier communiqué.

"Chaque policier est responsable devant la loi, et est pleinement conscient que chacune de ses actions peut être observée. La décision d'utiliser la force est faite par le policier, et il doit en être tenu responsable", a relevé la police.

De son côté, l'IPCC a indiqué être au courant que Scotland yard allait lui rapporter un incident. "Dès que ce signalement aura été effectué, nous l'examinerons et nous déciderons de la meilleure façon d'enquêter sur les actes du policier impliqué", a précisé l'organisme.

La police est sur la sellette depuis la mort d'un passant le 1er avril, près de la Banque d'Angleterre où se déroulait une manifestation houleuse.

Un policier a été suspendu et l'IPCC a ouvert une enquête dans cette affaire.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine