INDE - LÉGISLATIVES

Coup d'envoi d'un scrutin marathon d'un mois

Quelque 714 millions d'électeurs ont jusqu'au 13 mai pour désigner les 543 députés de l'Assemblée du peuple. Un scrutin marathon encadré par plus de 6 millions d'observateurs et de membres des forces de l'ordre.

Publicité

Ce jeudi, 17 Etats indiens se rendent aux urnes. Cette première étape des élections générales est la plus importante démonstration de démocratie jamais organisée à travers le monde.

 

Quelque 714 millions de personnes sur 1,1 milliard d'habitants – soit plus du double de la population américaine – pourront légalement participer à ce scrutin complexe.

 

Près de 1 000 partis sont en lice pour les 543 sièges du Parlement indien. Parmi les candidats, des politiciens de longue date, des parvenus, des étoiles de Bollywood, des joueurs de cricket, des membres de la haute société, tout comme des représentants des castes les plus basses.

 

 

 

“Les élections générales indiennes sont un énorme exercice démocratie, explique Uday Bhaskar, ancien directeur de l’Institute for Defence Studies and Analyses de New Delhi. Cette année, la liste électorale est encore plus importante que par le passé, de nombreux jeunes ayant atteint l’âge de voter. A cela s’ajoute le fait que la tranche la plus âgée vit plus longtemps et reste active plus longtemps.

 

Haut-parleurs, camions et... Facebook

 

Pour courtiser cette vaste population, les partis politiques usent et abusent de posters, de véhicules équipés de haut-parleurs et organisent pléthore de rassemblement. Ils inondent les portables de SMS et saturent les blogs et les sites Internet de socialisation de messages et de chansons bollywodiennes.

 

Dans ce pays fou de musique, le parti au pouvoir est allé jusqu’à acheter les droits exclusifs de “Jai Ho”, musique phare du film plusieurs fois récompensé aux Oscars, “Slumdog Millionaire”. Grossièrement retitrée “Let victory prevail” ("Laissez gagner la victoire"), la chanson a été traduite en plusieurs dialectes indiens.

 

 

La réponse de l’adversaire ne s’est pas fait attendre. Les partisans du parti d’opposition Bharatiya Janata Party (BJP) ont rapidement dévoilé une parodie de cette reprise qu’ils ont ironiquement intitulée “Bhay Ho”, soit “Let fear prevail” (Laissez gagner la peur"). Les clips de cette parodie ont circulé  sur le Web via YouTube et Facebook.

 

 

Mais dans un pays où la majeure partie de la population n’a pas accès à l’eau potable et encore moins à un ordinateur, les experts jugent l’influence des médias encore négligeable.

 

“C’est un phénomène urbain, estime Siddharth Bhatia, éditorialiste au Daily News and Analysis, un quotidien de Bombay. Je ne crois pas que nous devrions l’occulter, mais ce n’est absolument pas comparable avec le phénomène Obama,” affirme-t-il, faisant référence à la puissante campagne Internet du président américain.

 

Deux principaux partis et un “troisième front"

 

Le véritable enjeu de ces élections générales reste la bataille entre la coalition au pouvoir menée par le parti du Congrès (Congress Party) et celle dirigée par le BJP.

 

Le Congrès est à la tête de la coalition United Progressive Alliance (UPA), tandis que le BJP mène la National Democratic Alliance (NDA).

 

La plupart des experts prédisent que les deux camps sont en mesure de rassembler suffisamment de sièges pour remporter les élections ou, tout du moins, s’assurer une confortable majorité. Mais c'est compter sans les partis régionaux qui, à l'annonce des résultats à la mi-mai, devraient entamer des négociations pour rejoindre le camp victorieux.

 

Une troisième formation, composée par plusieurs partis régionaux, plus petits, et surnommée “troisième front” par les médias indiens, pourrait aussi s’arroger la victoire.

 

L'enjeu du scrutin : l’économie, pas les attaques de Bombay

 

Ces élections se déroulent quelques mois seulement après les sanglantes attaques de Bombay de novembre 2008. Les graves défaillances de sécurité mises en lumière lors de ces raids contre les centres névralgiques de la ville ont plongé le parti du Congrès dans l’embarras. Nombreux furent ceux qui, au lendemain des attentats, pensaient que le parti au pouvoir allait chuter dans les sondages.

 

Quatre mois plus tard pourtant, les analystes affirment que les attaques de Bombay ne sont plus le principal enjeu des élections. “La mémoire des Indiens est malheureusement courte", se désespère Uday Bhaskar.

 

De fait, l’économie – ou du moins, le bien-être économique de la population - constitue le point crucial de ces élections.

 

La campagne du Congrès, en particulier, fait grand cas des mesures déjà prises en faveur du monde rural : ces dernières années une grande partie des dettes des paysans a été effacée.

 

“Grâce à ces mesures, je dirais que le Congrès bénéficie encore d’une légère avance aujourd’hui, estime Uday Bhaskar, même si pour lui ces élections sont loin d’être jouées d'avance. L’Inde traverse une période très complexe d’un point de vue sociopolitique et économique.”

 

En mai prochain, le pays - et le monde - tout entier attendra de découvrir celui qui sera appeler à gouverner la plus grande démocratie du monde.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine