Accéder au contenu principal
MUSIQUE

L'Israélien Daniel Barenboïm au Caire pour un concert historique

2 min

Le chef d'orchestre et pianiste israélo-argentin Daniel Barenboïm, qui doit se produire, ce jeudi, à l'opéra du Caire, a exhorté le monde arabe, lors d'une conférence de presse, à ne pas "mettre tous les Israéliens dans le même sac".

Publicité

AFP - Le chef d'orchestre israélo-argentin Daniel Barenboïm a déploré mercredi au Caire l'incompréhension "totale" existant entre Israéliens et Arabes, appelant ces derniers à se rendre à Tel-Aviv "pour se faire entendre".

"Depuis tout petit, je suis très préoccupé et malheureux du fait qu'il y a si peu de curiosité en Israël à propos de la vie dans les pays voisins", a affirmé M. Barenboïm, connu pour son engagement en faveur de la paix au Proche-Orient.

Le chef d'orchestre et pianiste de renommée mondiale s'exprimait lors d'une conférence de presse, à la veille du concert exceptionnel qu'il doit diriger jeudi à l'Opéra du Caire.

Mais "si on me permet d'avoir une petite critique, en général, à l'égard du monde arabe, (le fait de) mettre tous les Israéliens dans le même sac et de dire +nous boycottons, nous ne voulons rien avoir à faire avec eux, quiconque va là-bas est un ennemi+, ce n'est pas bien", a-t-il ajouté, en regrettant "l'ignorance totale de l'autre" régnant de chaque côté.

"Ce serait tellement mieux si les Egyptiens, les Syriens, les Palestiniens, les Jordaniens, les Libanais, allaient à Tel-Aviv et expliquaient (...) et exprimaient leur point de vue", a-t-il poursuivi.

"Ce n'est pas seulement pour mieux connaître la société israélienne, c'est pour pouvoir se faire entendre par la société israélienne, (et dire) ce qu'ils ressentent", a-t-il précisé à l'AFP, en ne jugeant pas irréaliste cette proposition.

L'Egypte et la Jordanie ont toutes deux signé la paix avec l'Etat hébreu, mais les échanges au niveau culturel sont inexistants.

Quant au Liban, il est toujours officiellement en état de guerre avec Israël, et les négociations de paix indirectes entre la Syrie et l'Etat hébreu sont pour le moment suspendues.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.