TERRITOIRES PALESTINIENS

Deux policiers israéliens blessés par un conducteur palestinien

Deux policiers israéliens ont été blessés dans la matinée par un Palestinien qui les a heurtés avec sa voiture à Jérusalem. La veille, un Palestinien avait été tué en Cisjordanie lors d'une manifestation par l'armée israélienne.

Publicité

Deux policiers israéliens ont été blessés samedi matin par un Palestinien qui les a délibérément heurtés avec sa voiture dans le nord de Jérusalem, a indiqué le porte-parole de la police.

"Deux policiers ont été blessés, l'un légèrement aux jambes et le second plus sérieusement à la tête, quand un Palestinien les a délibérément heurtés avec son véhicule", au barrage routier de Hizmé, entre le nord de Jérusalem et la Cisjordanie, a affirmé à l'AFP Micky Rosenfeld.

Les deux policiers ont été évacués vers l'hôpital Hadassah de Jérusalem, où leur état a été qualifié de "satisfaisant", a-t-il précisé.

"Le Palestinien, âgé de 37 ans, a été arrêté et a reconnu, lors d'un interrogatoire préliminaire avoir voulu tuer les policiers", a-t-il ajouté.

Selon la radio de l'armée israélienne, le Palestinien, originaire de la localité de Azzaryé (Cisjordanie), a d'abord reconnu avoir délibérément voulu tuer les deux policiers, puis a plaidé lors de son interrogatoire "avoir agi sur un coup de sang".

Au moins trois attentats anti-israéliens ont été perpétrés durant l'année écoulée par des Palestiniens à l'aide de pelleteuses à Jérusalem, deux ayant tué en juillet trois Israéliens.

Vendredi, en Vieille ville de Jérusalem, un Palestinien a blessé quatre touristes à coups de couteau pour des raisons encore inexpliquées, a-t-on indiqué samedi de source policière.

Un Palestinien a d'autre part été tué vendredi matin lors d'une attaque avortée au couteau dans la colonie juive de Bait Hagaï, près de Hébron (sud de la Cisjordanie).

Un adolescent israélien avait été tué le 2 avril à coups de hache et un enfant de sept ans avait été blessé dans une attaque menée par un Palestinien dans une colonie de la même région de Cisjordanie occupée.

D'autre part, un Palestinien a été tué vendredi à Bilin (Cisjordanie), lors d'une manifestation contre la barrière de séparation. Il aurait été atteint par une grenade lacrymogène de l'armée israélienne.

Les forces de sécurité israéliennes avaient été placées en état d'alerte avancé de crainte d'attentats palestiniens pendant la Pâque juive (Pessah) qui s'est achevée mercredi soir.

Depuis plusieurs mois et particulièrement depuis la fin de l'offensive israélienne dans la bande de Gaza, les services de sécurité israéliens ont relevé une recrudescence des attentats ou tentatives d'attentats individuels, sans implication nette de groupes organisés.

Par ailleurs, l'armée israélienne a ouvert le feu samedi matin sans faire de victime contre des embarcations de pêcheurs au large du sud de la bande de Gaza, a indiqué un responsable des services palestiniens de sécurité.

"Plusieurs obus israéliens ont été tirés ce matin sans faire de blessé contre des bateaux de pêcheurs palestiniens au large de Rafah", a indiqué à l'AFP ce responsable sous condition d'anonymat.

De même source, le terminal routier de Rafah, qui relie à l'Egypte la bande de Gaza contrôlée par le mouvement islamiste palestinien Hamas, a été rouvert samedi matin pour 48 heures à des fins humanitaires.

Dans un communiqué publié à Gaza, le groupe palestinien des Comités de la résistance populaire a de son côté affirmé avoir tiré des roquettes contre les forces israéliennes en faction au passage de Kissoufim, entre Israël et le centre de la bande de Gaza.

Interrogé par l'AFP, un porte-parole de l'armée israélienne a indiqué que "la marine israélienne tire automatiquement des tirs de semonce lorsqu'une embarcation franchit la limite des eaux territoriales de la bande de Gaza".

Il a d'autre part indiqué qu'"aucun tir visant Israël n'a jusqu'ici été constaté ce samedi".

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine