ANTARCTIQUE

Restrictions aux navires de tourisme pour préserver l'écosystème

Réunis à Baltimore, les 28 pays signataires du Traité de l'Antarctique ont adopté des propositions pour y limiter le tourisme afin de protéger son écosystème. Les navires de plus de 500 passagers ne pourront plus accoster.

Publicité

AFP - Les pays signataires du Traité de l'Antarctique, réunis à Baltimore (Maryland, est) depuis 11 jours, ont adopté des propositions américaines visant à limiter le tourisme dans la région afin de protéger son fragile écosystème, ont annoncé vendredi des responsables.

Les signataires de ce Traité, lancé à Washington il y a cinquante ans, ont conclu leurs discussions en acceptant d'imposer des limites à la taille des navires de croisière qui accostent dans l'Antarctique et au nombre de passagers autorisés à débarquer.

D'autres mesures visent à améliorer la protection de l'écosystème et la sécurité des navires qui entrent dans la région.

"Nous sommes contents du résultat", a indiqué Evan Bloom, qui menait la délégation américaine lors du sommet, notant que ces mesures étaient en adéquation avec les besoins soulignés par la secrétaire d'Etat Hillary Clinton à l'ouverture début avril de la première réunion diplomatique consacrée aux deux pôles.

Mais même si ces mesures ont été adoptées sans opposition, elles n'auront force de loi qu'une fois ratifiées par les 28 pays ayant signé le Traité de l'Antarctique, a souligné M. Bloom au cours d'une conférence téléphonique.

Les signataires du Traité se sont engagés à empêcher que des navires transportant plus de 500 passagers n'accostent dans l'Antarctique et à limiter le nombre de personnes à terre à 100 à la fois.

Près de 400 diplomates et scientifiques de 47 pays participaient à la rencontre destinée à évoquer les problèmes environnementaux et territoriaux liés à l'Antarctique.

En ouvrant la première réunion diplomatique consacrée aux deux pôles réunissant les Etats du Conseil de l'Arctique et ceux du Traité de l'Antarctique à Washington, Mme Clinton avait souligné qu'il n'y avait "pas de temps à perdre" pour prendre des mesures de protection de l'environnement dans l'Antarctique.

Le Traité de l'Antarctique est le premier traité moderne de contrôle des armements. Il a réservé l'Antarctique aux activités pacifiques et a garanti la liberté de recherche scientifique.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine