Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Mo'Kalamity, ambassadrice capverdienne d'un reggae conquérant

En savoir plus

FOCUS

En Californie, une croisade anti-avortement après une décision de la Cour suprème

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Adlène Méddi : "1994, une année de basculement en Algérie"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Égypte : nouveau procès pour Ahmed Douma, icône de la révolution

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'enjeu sécuritaire des législatives en Afghanistan

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Luis Aguiriano : "Je ne pense pas que Manuel Valls sera maire de Barcelone"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Malgré l'article 7, des sanctions impossibles contre la Pologne et la Hongrie ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'improbable rencontre entre Donald Trump et Kanye West

En savoir plus

L’invité du jour

Monique Pinçon-Charlot : "La fraude fiscale est une arme pour asservir le peuple"

En savoir plus

Economie

Christophe de Margerie prendra la tête de Total en 2010

Dernière modification : 03/09/2009

L'actuel directeur général du géant pétrolier Total, Christophe de Margerie, doit remplacer Thierry Desmarest à la tête du groupe en 2010, a annoncé ce dernier dans un entretien accordé au quotidien "Le Figaro".

AFP - Thierry Desmarest, qui aura 65 ans en 2010, laissera alors sa place de président du conseil d'administration de Total à l'actuel directeur général Christophe de Margerie, annonce-t-il lundi dans un entretien au Figaro.

"Lorsqu'en 2007, le conseil d'administration de Total a décidé de séparer les fonctions de président et de directeur général, il avait déjà à l'esprit que cette séparation serait temporaire, pour permettre une relève de l'équipe dirigeante dans les meilleures conditions", explique-t-il.

"Christophe de Margerie a démontré dans les deux dernières années sa très grande maîtrise de la direction générale du groupe et je ne doute pas qu'il sera également un très bon président-directeur-général", ajoute-t-il.

M. Desmarest estime par ailleurs que "la baisse de la demande de pétrole pourrait approcher les 3% sur la période 2008-2009".

Il précise cependant que son groupe ne compte pas freiner ses investissements, auxquels il consacrera "18 milliards de dollars" en 2009, "principalement dans l'exploration-production".

Première publication : 20/04/2009