SOCIAL - FRANCE

Les salariés et la direction de Caterpillar signent un accord

Christine Lagarde a annoncé que la direction et les représentants des salariés de Caterpillar France ont signé "un protocole de fin de conflit". Les deux parties étaient réunies à Paris sous l'égide du ministère de l'Économie.

Publicité

Reuters - La direction et les représentants des salariés de Caterpillar France, réunis dimanche à Paris sous l'égide du ministère de l'Economie, ont signé "un protocole de fin de conflit", a annoncé Christine Lagarde dans un communiqué.

 

"Un protocole de fin de conflit a été signé par la direction et l'ensemble des organisations syndicales. Il prévoit les conditions dans lesquelles devront se tenir les négociations dans le cadre du plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) en cours", déclare la ministre de l'Economie dans un communiqué.

 

Le protocole d'accord sera soumis par référendum aux salariés en début de semaine, a déclaré à la presse Nicolas Benoît, délégué CGT.

 

Cet accord confirme que le nombre de suppressions de postes est ramené à 600 au lieu des 733 initialement prévu. La direction s'engage en outre à essayer de diminuer encore le nombre de licenciements grâce à des formations offertes aux salariés.

 

Les procédures disciplinaires engagées contre huit salariés qui avaient participé à l'occupation de l'usine d'Echirolles (Isère) sont par ailleurs annulées.

 

Les discussions sur l'application du PSE sont aussi prolongées au 30 avril alors qu'elles devaient s'achever cette semaine.

 

"Christine Lagarde souhaite que le dialogue engagé se poursuive de manière constructive dans un climat de confiance restauré", ajoute le communiqué du ministère de l'Economie.

 

La table ronde, qui a duré neuf heures, réunissait Philippe Gustin, conseiller au cabinet de Christine Lagarde, et Cristiano Schena, directeur des opérations européennes de Caterpillar.

 

Vendredi, le tribunal de grande instance de Grenoble avait ordonné à 19 salariés de Caterpillar de laisser libre les accès aux usines de Grenoble, où des salariés n'avaient pas pu aller travailler en début de semaine, et d'Echirolles, sous peine de payer 200 euros par jour d'occupation chacun.

 

Les salariés avaient levé samedi le blocage du site d'Echirolles après avoir obtenu la tenue de la table ronde de dimanche.

 

La direction du groupe avait proposé mardi de réduire le nombre de suppressions d'emplois prévues initialement de 733 à 600 et d'augmenter de 48,5 millions à 50 millions d'euros l'enveloppe du plan de sauvegarde de l'emploi.

 

Caterpillar, premier constructeur mondial d'engins de terrassement et de construction, employait près de 113.000 personnes dans le monde fin 2008.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine