ÉTATS-UNIS

Obama propose un prêt de 100 milliards de dollars au FMI

Conformément aux promesses formulées à l'issue du G20 de Londres, le 2 avril, visant à tripler les ressources du Fond monétaire international (FMI), le président américain, Barack Obama, a proposé un prêt de 100 milliards de dollars.

Publicité

Reuters - Le président américain Barack Obama a proposé lundi un prêt de 100 milliards de dollars (77,5 milliards d'euros) au Fonds monétaire internationale afin d'accroître les ressources de l'organisation.

Cette enveloppe de 100 milliards répond aux engagements des pays membres du G20, qui se sont mis d'accord le 2 avril dernier à Londres pour tripler les ressources du FMI, à 750 milliards de dollars, afin de l'aider à faire face à la crise dans les pays émergents.

L'aide américaine permettra ainsi de financer le dispositif d'octroi de crédits du FMI, baptisé "New Arrangements to Borrow" (NAB).

L'objectif est d'élargir la capacité d'emprunt du FMI auprès de ses membres à 500 milliards de dollars notamment grâce à la participation de pays émergents comme la Chine et l'Inde.

Dans une lettre à des responsables du Congrès, Obama justifie le prêt en expliquant que les 100 milliards de dollars "ne représentent pas une dépense budgétaire ou une hausse du déficit" car il s'agit d'un "échange d'avoirs".

"La détérioration des conditions (économiques) menacent d'aggraver la récession dans des pays et de causer l'écroulement de certaines devises", écrit-il.

"Ensemble, ces facteurs (...) vont ralentir encore la croissance mondiale, comme nous l'avons vu lors de la crise financière asiatique, et ils provoqueront une baisse encore plus forte de la croissance, de l'emploi et des exportations aux Etats-Unis."

Obama ajoute que plusieurs pays attendaient des Etats-Unis qu'ils respectent leurs engagements pris lors du G20 et que cela devrait les inciter à en faire de même.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine