JAPON

Les parlementaires autorisent l'État à renflouer les entreprises

Face à l'afflux des demandes d'aide formulées par les entreprises en difficulté, la chambre basse du Parlement japonais a adopté une loi qui permet à l'État d'injecter des fonds dans les sociétés frappées de plein fouet par la crise.

Publicité

AFP - La chambre basse du parlement japonais a approuvé mardi une loi qui permet à l'Etat d'injecter des fonds dans les entreprises en difficulté, donnant le feu vert à la mise en oeuvre de cette mesure-phare des plans de soutien économique du gouvernement.

Le texte, qui amende la législation sur la revitalisation des entreprises, avait déjà été voté par les députés.

Dès le décret d'application publié (ce qui devrait être fait à la fin du mois), cette loi va permettre à des organismes financiers étatiques de participer à des augmentations de capital pour consolider l'assise de sociétés viables à long terme mais actuellement fragilisées par la récession économique internationale et multisectorielle.

Plusieurs entreprises, et non des moindres, ont déjà fait part de leur intention de demander de l'aide à l'Etat en profitant de cette nouvelle disposition légale, sous réserve qu'elles remplissent les conditions posées.

Le conglomérat industriel diversifié Hitachi a reconnu en début de semaine réfléchir à cette possibilité, pour assainir son bilan financier.

"Nous envisageons le recours aux mesures gouvernementales pour plusieurs de nos divisions, mais nous étudions toujours quelle forme cela pourrait prendre", a déclaré à la presse le nouveau PDG exécutif de Hitachi, Takashi Kawamura.

Hitachi estime avoir enduré au cours de l'exercice achevé le 31 mars dernier une perte nette colossale de 700 milliards de yens (5,4 milliards d'euros), la pire qu'il ait jamais subie.

Le groupe d'électronique spécialiste des équipements audiovisuels pour automobile Pioneer, actuellement plongé dans le rouge, a indiqué mardi qu'il pourrait aussi solliciter des fonds de l'Etat.

Quant à la firme de semi-conducteurs Elpida elle ne fait pas mystère depuis plusieurs semaines qu'elle attendait que cette loi soit adoptée pour postuler, se trouvant elle aussi dans une situation délicate.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine