AGROALIMENTAIRE

Les taxes américaines sur le roquefort à nouveau reportées

Afin de trouver une solution au conflit, l'instauration de taxes américaines - en réponse à l'interdiction du bœuf aux hormones dans l'UE - sur certains produits européens, dont le roquefort français, a été reportée de deux semaines.

Publicité

AFP - L'instauration par les Etats-Unis de taxes sur une liste de produits européens, dont le roquefort français, pour sanctionner l'interdiction du boeuf aux hormones a été reportée de deux semaines, a annoncé mercredi la Commission européenne.

Les Etats-Unis avaient déjà décidé à la mi-mars de repousser d'un mois, au 23 avril, la mise en place de ces taxes prévue dans le cadre du conflit sur le boeuf aux hormones, "afin d'encourager une résolution de ce conflit de longue date".

Lors d'une conversation téléphonique mercredi, la commissaire européenne au Commerce Catherine Ashton et le représentant américain pour le Commerce Ron Kirk "se sont mis d'accord pour prolonger les discussions afin de trouver une solution négociée", indique la Commission européenne dans un communiqué.

"Nous sommes tous deux conscients que c'est une question difficile qui affecte les entreprises et les consommateurs à la fois dans l'Union européenne et aux Etats-Unis", a commenté Mme Ashton, citée dans le communiqué.

"Nous voulons surmonter ces difficultés, et nous pensons qu'une solution qui bénéficiera aux deux parties est à notre portée", a-t-elle ajouté, précisant que la mise en place des taxes "sera repoussée de deux semaines supplémentaires pour faciliter les négociations en cours".

Le 15 janvier, les Etats-Unis avaient annoncé la mise en place de droits de douane supplémentaires sur une liste de produits agroalimentaires, en rétorsion contre la poursuite de l'interdiction de commercialisation de leur boeuf aux hormones sur le territoire européen.

Les sanctions visaient tout particulièrement le roquefort français, seul produit à voir ses droits de douane tripler, avec une taxe à 300%, déclenchant une vague de protestation en France.

Les Etats-Unis et l'UE avaient ensuite décidé d'entamer des discussions.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine