CALIFORNIE

Nouvelles mesures pour réduire les émissions des carburants

La Californie a adopté une nouvelle réglementation en matière d'émissions de gaz à effet de serre des carburants, impliquant une réduction de 10 % de "l'intensité carbone" de ces produits d'ici 2020. Une première mondiale.

Publicité

REUTERS - La Californie a adopté jeudi une nouvelle réglementation en matière d'émissions de gaz à effet de serre des carburants, une première mondiale qui ouvre la voie au développement de solutions plus propres.


Cette norme exige des raffineries, producteurs et importateurs de carburants vendus en Californie une réduction de 10% de "l'intensité carbone" de leurs produits d'ici 2020.


Des objectifs plus ambitieux sont définis à des échéances plus lointaines par ce texte adopté par l'autorité de régulation de la qualité de l'air.


Les partisans de ce programme ont salué une décision historique, susceptible d'entraîner les Etats-Unis et d'autres pays dans le sillage de la Californie.


C'est en effet la première fois qu'un gouvernement adopte une règle sur les carburants dans le cadre de la lutte contre le changement climatique. Jusqu'à présent, seuls les véhicules étaient visés par les réglementations en matière d'émission de gaz à effet de serre.


Le texte prévoit en outre l'intégration dans le "bilan carbone" des carburants non seulement les gaz échappés des véhicules mais tout le cycle de vie du combustible, de sa production à sa consommation.


Il devrait en être de même pour les autres combustibles. Ainsi l'impact des biocarburants sera-t-il mesuré à l'aune des émissions des véhicules mais aussi en tenant compte de la déforestation dans les régions exploitées.


Les compagnies pétrolières et raffineries pourront se conformer à la nouvelle règle en améliorant leurs produits ou en rachetant des droits à polluer ou des carburants répondant à la norme à d'autres firmes.
 

RECOMPENSER L'INNOVATION


Si elle produit les effets escomptés par ses promoteurs, cette mesure devrait susciter une mutation de l'industrie automobile et des transports centrés depuis plus d'un siècle sur les moteurs à combustion et les produits pétroliers raffinés.


"La norme carbonique des carburants en Californie, une première mondiale, ne réduira pas seulement la pollution responsable du réchauffement de la planète", a souligné le gouverneur de l'Etat, Arnold Schwarzenegger.


"Elle récompensera l'innovation, étendra le choix du consommateur et encouragera l'investissement privé dont nous avons besoin pour transformer notre infrastructure énergétique", a-t-il lancé.


Avec ce texte, la Californie espère atteindre un taux de consommation d'énergies moins polluantes - électricité, gaz naturel, hydrogène et biocarburants - de 20% d'ici dix ans, et devrait créer un marché des énergies alternatives, indépendant de celui des produits pétroliers aux prix très volatils.


Arnold Schwarzenegger avait initié le travail de la commission sur les carburants moins polluants en appelant, dès 2007, à l'adoption d'une nouvelle norme.


Le secteur des transports compte à lui seul pour un tiers des émissions de gaz à effet de serre aux Etats-Unis et pour 40% en Californie, premier marché automobile du pays.


Au moins 11 autres Etats envisagent d'adopter des normes similaires, malgré l'opposition du secteur pétrolier mais aussi des producteurs de biocarburants, notamment l'éthanol, conçu à partir de canne à sucre.


Ces derniers estiment que la nouvelle norme est contraire aux objectifs de réduction des pollutions et à la volonté de réduction de la dépendance énergétique des Etats-Unis.


Ils contestent en outre le mode de calcul des pollutions.


La décision californienne pourrait faciliter le travail de Barack Obama qui plaide pour l'adoption d'un plan contraignant de réduction des émissions de gaz à effet de serre, avec un objectif de moins 80% d'ici 2050.


Sous la présidence de George Bush, Washington avait refusé de ratifier le protocole de Kyoto définissant des objectifs de réductions des pollutions. Un traité lui succédant doit être adopté en décembre à Copenhague.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine