Accéder au contenu principal

Les partisans de Zuma fêtent la victoire avant les résultats officiels

Les partisans du leader de l'ANC, Jacob Zuma, ont envahi les rues de Johannesburg avant même l'annonce officielle de sa victoire. Les derniers résultats partiels publiés donnaient plus de 66 % des suffrages à son parti.

Publicité

AFP - Des centaines de partisans de Jacob Zuma ont chanté et dansé jeudi soir dans les rues de Johannesburg pour fêter, sans attendre les résultats officiels, leur victoire aux élections générales qui devraient propulser leur dirigeant à la présidence.

"Nous savons que le dépouillement est toujours en cours mais nous pouvons sentir les 70%" des suffrages pour le scrutin de mercredi, a lancé le chef du Congrès national africain (ANC, au pouvoir) devant 2.000 partisans rassemblés dans le centre-ville.

"L'opposition a fait campagne en rabaissant le parti du peuple mais nous en sommes sortis plus forts", a-t-il tonné. Et de danser à son tour sur la scène, où le champagne coulait à flot, tandis qu'éclatait un feu d'artifice.

Ultramajoritaire depuis la chute de l'apartheid, l'ANC avait dès le matin revendiqué une "solide" victoire.

L'ancien mouvement de lutte n'a cessé de conforter son avance, avec 66,66% des suffrages exprimés par la moitié des 23 millions d'électeurs inscrits, selon les résultats partiels publiés à 21H00 GMT. L'ANC avait obtenu 69,7% des voix aux dernières élections en 2004.

L'Alliance démocratique (DA, ex-opposition sous l'apartheid) disposait pour sa part de 16,22% des voix, suivie par le Congrès du Peuple (Cope, formé en décembre par des dissidents de l'ANC) avec 7,7%.

Selon toute logique, le chef de l'ANC, 67 ans, qui vient de bénéficier d'un abandon de poursuites pour corruption à son encontre, devrait être élu président pour un mandat de cinq ans, au cours d'une séance extraordinaire du Parlement le 6 mai.

Les déboires judiciaires de cet autodidacte charismatique et les turbulences liées aux luttes intestines au sein de l'ANC, qui ont culminé avec la démission forcée du président Thabo Mbeki en septembre, n'ont pas découragé les électeurs.

"La participation a été massive" et l'ambiance "pacifique", relevaient jeudi tous les quotidiens en reproduisant des photos de longues files d'attente devant les bureaux de vote.

"Ce sont des images dont nous pouvons tous être fiers (...). Les gens se sont déplacés en masse pour faire entendre leur voix", affirmait The Star.

"La tâche pour Zuma et l'ANC est claire: il y a toujours d'énormes taux de pauvreté, de chômage et de criminalité dans notre société (...). C'est l'heure de se retrousser les manches et de se mettre au travail", ajoutait le journal.

Depuis 1994, plus de deux millions de logements sociaux ont été construits. L'eau courante, l'électricité et des sanitaires décents ont été installés dans de nombreux quartiers.

Mais des millions de personnes, surtout dans la majorité noire, habitent toujours dans des bidonvilles. Environ 43% de la population vit avec moins de deux dollars par jour et le taux de chômage frôle les 40%.

Le gouvernement a également échoué à résorber une criminalité record, responsable de 50 homicides par jour, et à freiner la propagation du virus du sida, dont sont atteints 5,5 des 48 millions de Sud-Africains.

Pendant la campagne, Jacob Zuma s'est engagé à s'attaquer à ces fléaux, mais sa mission sera compliquée par la crise mondiale. L'Afrique du Sud, première économie du continent, devrait entrer en récession pour la première fois en 17 ans. Plus de 300.000 licenciements sont attendus dans l'année.

Autre motif d'incertitude: "pendant la campagne, Zuma s'est distingué en disant aux électeurs potentiels ce qu'ils avaient envie d'entendre", relève le quotidien Business Day. "Inévitablement, il y aura des déçus."

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.