Accéder au contenu principal

L'Australie, craignant pour sa sécurité, refuse de jouer en Inde

Pour des raisons de sécurité, l'Australie a annoncé qu'elle n'enverra pas son équipe disputer les matchs de Coupe Davis qui l'opposent à la sélection indienne. La Fédération australienne risque un an d'exclusion et une amende élevée.

Publicité

REUTERS - La Fédération australienne de tennis a annoncé samedi que son équipe de Coupe Davis ne se rendrait pas en Inde pour y disputer la rencontre prévue le mois prochain en raison des inquiétudes pour sa sécurité.

Cette décision expose l'équipe australienne à une suspension d'un an de la compétition masculine par équipes et à une amende élevée.

L'Australie avait demandé à la Fédération internationale de tennis (ITF) de faire disputer dans un pays tiers cette rencontre programmée du 8 au 10 mai, mais l'ITF a décidé vendredi de la maintenir à Chennai, dans le sud de l'Inde.

"La décision de l'ITF ne nous a laissé aucun autre choix", a déclaré dans un communiqué le président de la Fédération australienne Geoff Pollard. "Nous ne pouvons pas envoyer l'équipe. C'est extrêmement décevant."

L'ITF a expliqué avoir maintenu le lieu de la rencontre après avoir consulté ses experts en matière de sécurité.

La ville de Chennai est présentée comme un lieu sûr par les autorités indiennes, confrontées à une insurrection maoïste qui a fait plusieurs victimes dans le nord-est du pays en marge des élections législatives, qui ont commencé la semaine dernière et durent jusqu'au 13 mai.

L'Inde demeure en outre marquée par les attentats de novembre dernier à Bombay, sa capitale économique, qui ont fait 179 morts.

La Coupe Davis a déjà été le cadre d'incidents en mars dernier en Suède, lors de la rencontre entre l'équipe locale et celle d'Israël à Malmö, disputée à huis clos pour raisons de sécurité malgré le désaccord de l'ITF et des joueurs israéliens.

Des affrontements y avaient opposé des manifestants anti-israéliens et la police anti-émeutes en marge d'un rassemblement pacifique de soutien aux Palestiniens, quelques semaines après la fin de l'offensive israélienne dans la bande de Gaza.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.