FRANCE

Cinq morts dans un accident d'hélicoptère en Corse

Un hélicoptère s'est écrasé samedi en Haute-Corse. L'appareil était venu porté secours une femme sur le point d'accoucher. La femme-médecin du Samu, le pilote, le copilote, la maman et son nouveau-né sont tous morts.

Publicité

AFP - Cinq personnes dont un bébé, né en vol, et sa mère, sont mortes dans la nuit de samedi à dimanche dans l'accident d'un hélicoptère de la Sécurité civile qui s'est écrasé, par mauvais temps, dans des montagnes au sud-ouest de Bastia, en tentant de gagner l'hôpital de la ville.

Parti samedi à 19H15 du centre de secours de Ponte-Leccia (Haute-Corse) où il avait pris en charge une femme de 20 ans sur le point d'accoucher, l'hélicoptère transportait également une femme-médecin du Samu de 43 ans, le pilote de 42 ans et son copilote de 56 ans.

La jeune femme enceinte a accouché en vol mais les pilote et copilote ne l'ont pas signalé par radio. Ils n'ont pas passé d'appel de détresse et aucune communication radio n'a laissé entrevoir quelque chose d'anormal à bord.

L'appareil, qui survolait le défilé du Lancone, une chaîne montagneuse au sud-ouest de Bastia, a disparu des écrans radar à 19H35 alors qu'il aurait dû être arrivé à destination. Le vol entre Ponte-Leccia et le centre hospitalier de Bastia, distants de 46 km par la route, dure environ un quart d'heure.

Quelque 150 personnes (Sécurité civile, gendarmes, sapeurs-pompiers et armée de l'air) ont alors entamé les recherches. L'épave a été repérée en plusieurs morceaux dans la nuit, à 03H30, à quelque 500 m d'altitude. Une demi-heure plus tard, les pompiers ont découvert les corps, dans une région montagneuse difficile d'accès, près du village perché de Rutali.

Les causes de l'accident ne sont pas encore connues, l'appareil ayant heurté un relief avant de s'écraser. Deux enquêtes, judiciaire et administrative avec l'assistance du Bureau Enquêtes Accidents Défense, ont été diligentées.

"Les deux pilotes étaient chevronnés et en Corse depuis plusieurs années, donc habitués à ce type de trajet", a souligné le préfet de Haute-Corse, Hervé Bouchaert, soulignant que la météo était "exécrable" au moment de l'accident. Les secours ont également mis en exergue un épais brouillard, des vents violents et de la pluie.

La jeune femme enceinte était arrivée en voiture de Balagne où elle habitait. "Un point médical a été fait à Ponte-Leccia au terme duquel il a été jugé préférable de prendre l'hélicoptère", a ajouté le préfet.

Dans l'après-midi, la ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie a présenté ses condoléances et celles du président Sarkozy aux familles des victimes au centre hospitalier de Bastia où reposent les corps.

Ensuite, sur la base de la Sécurité civile de l'aéroport de Bastia-Poretta, en présence d'une cinquantaine de secouristes, la ministre leur a exprimé "sa reconnaissance" pour leur implication dans "une opération de secours qui n'a pas été facile". "Je viens d'en avoir confirmation, à la fois par rapport aux circonstances et à l'environnement. Au-delà de ma reconnaissance, je vous apporte mon soutien", a-t-elle dit.

Xavier Roy, chef de la base d'hélicoptères de la Sécurité civile à Bastia, a précisé que l'appareil accidenté revenait d'une mission à Croce (Haute-Corse), avec un médecin à bord, lorsqu'il a été appelé à Ponte-Leccia.

Jean-Louis Bordonado, médecin du Samu en Haute-Corse, a précisé que la jeune femme décédée "était en train d'accoucher avec une grossesse difficile: on ne pouvait pas prendre le risque d'avoir deux morts".

"Cette jeune femme faisait partie de notre petit village et comme nous sommes peu nombreux, cette douleur est ressentie par tout le monde. Je n'oublie pas non plus le personnel qui était à bord. C'est un drame affreux", a réagi le maire de Costa, Pierre-Marie Mancini.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine