FOOTBALL

Klinsmann limogé du poste d'entraîneur du Bayern Munich

Le Bayern Munich a remercié son entraîneur, Jürgen Klinsmann, huit mois seulement après sa prise de fonction. La défaite à domicile contre Schalke 04 et la révision de son ambition de gagner le championnat ont scellé le sort du tacticien.

Publicité

AFP - En poste depuis dix mois pour redonner son standing européen au Bayern Munich, Jürgen Klinsmann a été remercié lundi par ses dirigeants, convaincus que leur équipe avait besoin d'un électrochoc pour sauver sa saison en Championnat d'Allemagne.

Le Bayern, 3e à trois points du leader Wolfsburg, sera dirigé jusqu'à la fin de la saison par Jupp Heynckes, 63 ans, ancien entraîneur du Bayern de 1987 à 1991 et sans emploi depuis janvier 2007.

"A cause des résultats des dernières semaines, les défaites à Wolfsburg (5-1), à Barcelone (4-0) et même devant Schalke 04 (1-0) samedi, nous redoutions que l'équipe n'atteigne pas son objectif minimal, à savoir la qualification pour la Ligue des champions", a expliqué le président du club, Karl-Heinz Rummenigge lors d'une conférence de presse à Munich (sud).

"Il fallait écarter la barrière psychologique qui semblait freiner l'équipe depuis quelque temps", a-t-il poursuivi.

Les dirigeants bavarois sont parvenus à cette conclusion après une réunion de crise de plusieurs heures dimanche après-midi alors même que Cottbus relançait le championnat et les chances bavaroises en infligeant une inattendue défaite à Wolfsburg (2-0).


Choqué

"Nous avons pris cette décision indépendamment du résultat de ce match, mais en fonction de ce que notre équipe a montré sur le terrain: depuis Noël, à quelques exceptions, elle n'a pas montré ce que nous attendions d'elle", a renchéri le manageur, Uli Hoeness.

"On n'a jamais été en tête du championnat cette saison et ce n'est pas satisfaisant pour ce club et ses supporteurs", a-t-il poursuivi en rappelant que "l'équipe avait perdu tous ses matches importants".

"Nous avons besoin d'un nouvel élan, il y a tellement de freins autour de cette équipe. Heynckes est un +professeur de football+ et nous avons précisément besoin de cela", a lâché Hoeness.

De l'aveu même de ses dirigeants, Klinsmann a été "choqué" par leur décision. L'ancien international allemand, 44 ans, s'est dit dans un bref communiqué "très déçu", mais ne peut pas être surpris de cette issue.

Depuis qu'il a succédé à Ottmar Hitzfeld, Klinsmann a voulu changer les habitudes du Bayern en créant un nouveau centre d'entraînement, en recrutant un staff pléthorique et international, en voulant "améliorer chaque jour un peu plus chaque joueur".


Hostilité

Mais sur le terrain, son équipe qui n'a pas été épargnée par les blessures (Ribéry en début de saison, Toni et Klose), a accumulé les déconvenues comme son humiliation à Barcelone en quart de finale aller de la C1 et sa plus lourde défaite depuis 12 ans à domicile (contre le Werder Brême 2-5).

Son départ était réclamé depuis des semaines par les supporteurs, tandis que les anciennes gloires du club, dont le président du conseil de surveillance Franz Beckenbauer, ne cachaient plus leur hostilité.

Le recrutement de Klinsmann n'avait pas manqué de surprendre: s'il était très populaire en Allemagne depuis son passage à la tête de la Nationalmannschaft (2004-06) et sa 3e place du Mondial-2006, "Klinsi" n'avait pas laissé que de bons souvenirs à Munich lorsqu'il portait le maillot bavarois (1995-97).

Sa seconde expérience bavaroise aura été encore plus brève et controversée.

"Le projet de Jürgen nous avait enthousiasmé, mais le meilleur projet du monde ne sert à rien s'il n'y a pas de résultats au bout: on ne pouvait pas attendre deux, trois ou quatre ans", a conclu Hoeness qui s'est donné quatre à six semaines pour trouver "une solution convaincante".

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine