Accéder au contenu principal
BOURSE

Le titre du Club Med flambe après une rumeur de rachat par Tapie

2 min

Après les rumeurs d'un rachat par l'ancien ministre de la Ville, Bernard Tapie, le cours du titre du Club Méditerranée s'est envolé lundi matin à la Bourse de Paris. L'homme d'affaires a qualifié cette flambée de "manipulation".

Publicité

AFP - L'homme d'affaires Bernard Tapie a jugé lundi que la flambée de l'action Club Méditerranée, à la suite d'informations de presse évoquant son intérêt pour le groupe de tourisme, relevait de la "manipulation" de cours.

Ce dossier "m'intéresse", a-t-il confirmé auprès de l'AFP, "mais il y en a 11, 12 qui m'intéressent", a-t-il réagi. Le dossier Club Med "n'est pas en pôle position", a-t-il ajouté.

Le Journal du Dimanche rapportait samedi que des intermédiaires proches de M. Tapie avaient laissé filtrer récemment un intérêt pour le groupe de tourisme, une information qui faisait flamber le cours de Club Med lundi matin: vers 12H00, l'action prenait 6,19% à 12,53 euros dans un marché parisien en baisse de 1,44%.

"Cette information est prématurée, très exagérée", a estimé Bernard Tapie auprès de l'AFP, jugeant que la montée de l'action relevait de "la manipulation".

Interrogé pour savoir si les indemnités perçues en règlement de son litige avec le Crédit Lyonnais pourraient financer ses projets d'investissements, il a souligné qu'elles étaient certes "immenses" mais qu'elles ne "représentaient pas et ne correspondaient pas à (sa) fortune".

Selon lui, c'est son expérience de redresseur d'entreprises en difficulté qui explique que certaines banques lui proposent aujourd'hui des dossiers d'investissement.

"Tous les professionnels savent très bien ma part dans le redressement d'Adidas; elle est de 95%", a-t-il affirmé.

"Donc ce n'est pas l'apport d'argent qui justifie le fait qu'il y a des fonds et des institutions qui me proposent des affaires. C'est qu'on me reconnaît un certain savoir-faire", en a-t-il déduit. "Ce n'est pas lié à mon indemnité", a-t-il insisté.

"Au-delà des fonds dont je disposerai, c'est plus mon envie et ma liberté de refaire des opérations qui justifie mon retour", a ajouté M. Tapie, qui avait annoncé son retour dans les affaires dès novembre.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.