NATATION

Les nouvelles combinaisons continuent à faire des vagues

L'Australien Eamon Sullivan, qui détenait les records du monde de natation sur 50 m et 100 m libre, a demandé à la Fédération internationale d'interdire les combinaisons qui ont permis à Bernard et Bousquet de battre ses records.

Publicité

AFP - L'Australien Eamon Sullivan a appelé lundi la Fédération internationale de natation (Fina) à s'opposer aux nouvelles combinaisons en polyuréthane portées par les deux nageurs français qui l'ont dépossédé de ses deux records du monde.

Alain Bernard (100 m libre) et Frédérick Bousquet (50 m libre), vêtus des nouvelles tenues révolutionnaires, sont devenus les nageurs les plus rapides du monde lors des Championnats de France qui se sont terminés dimanche à Montpellier.

Ces deux records du monde sont toutefois en suspens dans l'attente de la publication de la liste des combinaisons homologuées par la Fédération internationale.

"J'espère que la Fina va réglementer l'épaisseur, le matériel et les qualités de flottaison des combinaisons et, d'après ce que j'ai entendu, le matériel utilisé (par les champions français) n'a pas été autorisé par la fédération internationale", a déclaré le nageur australien. "J'espère que tout le monde pourra alors être à la même enseigne", a-t-il ajouté.

Alain Bernard est devenu le premier homme à nager le 100 m sous la barre des 47 secondes. Avec un chrono de 46 sec 94, il efface l'Australien des tablettes pour 11/100.

Quant à Fred Bousquet, il a franchi la barre psychologique des 21 secondes en nageant le 50 m en 20 sec 95 et battant nettement le record du monde (21.28) de l'Australien.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine