Accéder au contenu principal

Victoire écrasante du parti au pouvoir à Sotchi, ville-hôte des JO 2014

Après le dépouillement de 80 % des bulletins de vote, Anatoli Pakhomov, le maire - pro-Kremlin - sortant de Sotchi, qui accueillera les Jeux olympiques d'hiver en 2014, a été réélu avec 77 % des voix lors des municipales de dimanche.

Publicité

AFP - Le candidat du parti pro-Kremlin Russie Unie et maire en exercice de Sotchi, Anatoli Pakhomov, a été réélu dimanche à la mairie de cette ville hôte des jeux Olympiques d'hiver 2014, avec près de 77% des voix, selon les résultats préliminaires, a annoncé à l'AFP un responsable de la commission électorale.

Après le dépouillement de 80% des votes, M. Pakhomov "obtient près de 77% des voix", a déclaré ce responsable.

Selon la commission électorale, l'opposant Boris Nemtsov, un ancien ministre et détracteur du Kremlin, obtient 13,5% des voix, le communiste Iouri Dzagania recueille environ 7%.

Selon des chiffres préliminaires, 112.500 personnes ont voté, ce qui représente un taux de participation de 38,62 %, a indiqué à l'AFP une responsable de la commission électorale.

Six candidats étaient en lice pour ce scrutin, à l'issue d'une campagne entachée d'irrégularités selon l'opposition.

L'élection avait suscité un tel enthousiasme qu'il y eut jusqu'à vingt prétendants, dont la plupart se sont ensuite désistés, parmi lesquels une danseuse, un magnat de la presse, une star porno et un ancien agent du KGB.


Une vitrine pour la Russie

Ce scrutin était considéré comme un test pour le président russe Dmitri Medvedev, successeur de Poutine, qui avait publiquement affirmé son engagement en faveur d'élections transparentes. Mais les électeurs se faisaient toutefois peu d'illusions dimanche sur l'issue du vote.

M. Pakhomov "va remporter la majorité des voix parce qu'il est soutenu par le président, le Premier ministre et notre gouverneur (Alexandre) Tkachev", a déclaré à l'AFP Anna Drujinina, en sortant des urnes.

Cette enseignante, qui a voté pour Iouri Dzagania "par principe", a confié comprendre pourquoi les gens soutenaient le maire sortant. La personne la "plus appuyée par les autorités suprêmes sera plus utile à la ville", a-t-elle reconnu.

"J'ai voté pour Pakhmonov, a dit de son côté un autre habitant de Sotchi, Vladimir Karpenko. C'est un homme sensé !"

Pour le Kremlin, ce vote revêt une importance particulière. Le nouveau maire devra superviser les préparations des Jeux, une vitrine énorme pour la réputation de la ville et de toute la Russie à l'extérieur et un budget d'investissements de 12 milliards de dollars (9,09 milliards d'euros).


Tricheries

Sotchi a gagné en 2007, face à la ville sud-coréenne de Pyeongchang, le droit d'organiser les Jeux d'hiver 2014, notamment grâce au soutien de l'ancien président et aujourd'hui Premier ministre Vladimir Poutine.

Mais tout est encore à faire pour transformer en cité moderne les installations de la station sur les bords de la mer Noire.

Dans ce contexte, l'opposition n'a cessé de dénoncer des tricheries et des manipulations et accusé le Kremlin de museler totalement ses contradicteurs.

Dimanche, plusieurs candidats ont indiqué à l'AFP que leurs observateurs n'avaient pas pu faire leur travail. La commission électorale a de son côté nié ces allégations.

Ils se sont aussi plaints du fait qu'un grand nombre de personnes avaient voté par anticipation. Selon les estimations officielles, environ 30.000 personnes se sont rendues aux urnes avant le début officiel du scrutin.

Tous ces votes "vont aller dans la poche des autorités actuelles", a dit à l'AFP M. Dzagania, le candidat communiste.

"Les machinations ont déjà été faites", a pour sa part déclaré Olga Chorina, porte-parole de Boris Nemtsov, l'un des six candidats à la mairie et l'un des plus farouches critiques du Kremlin.

M. Nemtsov lui-même a annoncé vouloir porter plainte contre des irrégularités lors de ce scrutin. "Mes avocats vont préparer cette décision. C'est une question juridique", a déclaré M. Nemtsov, cité par l'agence Ria-Novosti.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.