AUTOMOBILE

Daimler sort du capital de Chrysler et annule sa dette

Le groupe automobile allemand est parvenu, lundi, à un accord avec le constructeur américain. Il prévoit la sortie intégrale de Daimler du capital de Chrysler et l'annulation de la dette de ce dernier à son égard.

Publicité

AFP - Le groupe automobile allemand Daimler a annoncé lundi avoir renoncé à ses derniers 19,9% au capital du constructeur américain Chrysler et au remboursement de la dette que ce dernier lui devait encore.

Cet accord a été conclu entre Daimler, Chrysler, et le fonds d'investissement Cerberus, qui a racheté au constructeur allemand 80,1% de la firme américaine à l'été 2007.

Il solde "les questions qui étaient encore en suspens entre les parties", a indiqué Daimler dans un communiqué. Les relations entre Daimler et son ancienne filiale seront désormais réduites à de simples relations de fournisseur à acheteur, a assuré le groupe allemand.

Daimler a précisé que la dette de Chrysler à son égard avait déjà été passée par pertes et profits dans ses comptes 2008.

L'accord prévoit en outre que Daimler verse 600 millions de dollars sur 3 ans à Chrysler pour alimenter le fonds retraite maison et ainsi "assurer le paiement des retraites des anciens employés de l'ensemble Daimler-Chrysler".

Pour Daimler, cet accord se traduira par un manque à gagner de 700 millions de dollars sur son résultat opérationnel du deuxième trimestre.

Cet annonce clarifie un peu plus la situation pour Chrysler, qui n'a plus que jusqu'à la fin du mois pour présenter à l'Etat un plan prouvant qu'il est en mesure de retrouver la rentabilité.

Le constructeur américain a bouclé dimanche deux accords-clés: les ouvriers canadiens du syndicat TCA ont approuvé un accord lui permettant d'économiser 240 millions de dollars par an. Aux Etats-Unis, le grand syndicat UAW a annoncé qu'il soumettait des "concessions" à ses membres, qui ont jusqu'à mercredi pour accepter ou rejeter les "sacrifices" négociés en leur nom.

Si l'accord du week-end avec l'UAW est ratifié, il restera à trouver un accord avec les créanciers, auxquels le constructeur doit 6,9 milliards de dollars.
  

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine