Accéder au contenu principal

Le survol d'un Boeing présidentiel sème la panique à New York

Le survol à basse altitude de New York, lundi, par un avion présidentiel escorté de deux chasseurs a déclenché un vent de panique dans la Grosse Pomme. Et suscité la colère de Barack Obama, qui a demandé l'ouverture d'une enquête.

Publicité

AFP - Le président Barack Obama, furieux, a ordonné une enquête sur une malencontreuse opération photo qui a réveillé la terreur du 11-Septembre à New York et dont un responsable de son administration pourrait payer le prix, a dit la Maison Blanche mardi.

Le survol à basse altitude de New York pendant environ une demi-heure lundi par un Boeing présidentiel escorté de deux chasseurs continuait à faire des vagues mardi, et Louis Caldera, directeur du bureau militaire à la Maison Blanche, dont relève la flotte présidentielle, paraissait en sursis.

En cas de démission ou de renvoi, il serait le premier haut responsable installé à être poussé vers la sortie sous M. Obama.

Censé servir à une opération photo avec l'appareil présidentiel dans le ciel de New York, ce survol non loin du site des deux tours du World Trade Center et de la Statue de la liberté a provoqué un mouvement de panique et d'évacuations.

Il a aussi suscité la colère du maire de New York Michael Bloomberg, et de M. Obama lui-même, selon ses collaborateurs.

M. Obama ne se trouvait pas à bord de l'avion blanc et bleu, l'un de ceux qu'il utilise habituellement pour son transport, et ignorait tout de l'opération jusqu'à ce que l'affaire éclate, a dit la Maison Blanche.

"C'était une erreur, comme cela a été dit. C'est quelque chose que nous avons appris en même temps que vous tous, et cela ne se reproduira pas", a dit M. Obama.

M. Obama a ordonné à son chef de cabinet adjoint Jim Messina de mener une enquête pour "comprendre comment cette décision a été prise et veiller à ce que cela ne se reproduise pas", a dit le porte-parole du président, Robert Gibbs.

"Nous prendrons des mesures à partir de là", a-t-il ajouté.

Interrogé à plusieurs reprises sur la nécessité d'une démission ou d'un renvoi de M. Caldera, M. Gibbs a dit vouloir laisser l'enquête se dérouler. Mais il a souligné que M. Caldera avait assumé l'entière responsabilité de l'affaire.

"J'ai approuvé la semaine dernière une mission au-dessus de New York. J'assume la responsabilité de cette décision", avait dit M. Caldera lundi dans un communiqué exceptionnel.

"Je présente mes excuses et j'assume la responsabilité du désarroi que ce vol a causé", avait-il dit.

Selon le porte-parole de M. Obama, l'enquête ne devrait pas prendre plus d'une ou deux semaines.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.