GRIPPE PORCINE

Des lycéens français dans le principal foyer d'épidémie américain

Trente-trois lycéens français étaient en échange scolaire dans le lycée Saint-Francis de New York, où 28 cas de grippe porcine ont été signalés. Deux d'entre eux, ainsi qu'un professeur, ont été traités et seraient hors de danger.

Publicité

correspondant à New York

La ville de New York compte parmi les différents foyers de grippes porcines recensés aux États-Unis : au lycée catholique Saint-Francis, dans le Queens, 28 cas avérés ont été détectés, et 17 autres sont en cours de vérification. Une trentaine de lycéens français en voyage scolaire fréquentaient, eux aussi, l'établissement, lorsque l'épidémie s'est déclarée.

 

Pour l’instant, aucun n’a été diagnostiqué porteur de la maladie, mais deux d'entre eux qui présentaient des symptômes grippaux ont été traités de manière préventive au Tamiflu, un antiviral efficace contre le virus. "Ils vont bien et n'ont plus aucun symptômes", a affirmé à l'AFP le consul de France à New York, Guy Yelda.

 

Ce sont probablement la quarantaine d'élèves de Saint-Francis récemment rentrés d’un voyage au Mexique qui ont importé le virus dans le lycée, qui est, de loin, le plus important foyer de grippe porcine du pays. Les symptômes se sont déclarés de façon brutale et simultanée chez un grand nombre d’élèves. L'école est fermée depuis vendredi dernier pour désinfection.

 

"Dans ma classe, il y a à peu près 25 personnes malades. La moitié était en voyage scolaire pendant les vacances, la plupart au Mexique, d'autres à Hawaï ou au Bahamas... Tout le monde a été touché jeudi”, explique Michael Torino, un élève de Terminale.

 

Le réflexe de solidarité avec les élèves bien portants envers les élèves malades a peut-être contribué à accélérer la propagation du virus. "Tout le monde a vraiment été là pour les autres. Devant l’infirmerie, tout le monde leur parlait, leur demandait comment ils se sentaient",explique Katie O’Byrne, elle aussi élève de Terminale.

 

Le retour en France des 33 élèves français reste fixé au 4 mai. Ils ont reçu l’ordre de ne pas parler aux journalistes.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine