GRIPPE PORCINE

Les voyagistes français suspendent tous les départs pour le Mexique

Tour-opérateurs et agents de voyage français ont décidé, d'une même voix, d'annuler les vols vers le Mexique. Une autre date, sans frais supplémentaires, sera proposée aux clients qui avaient prévu de partir jusqu'au 31 mai inclus.

Publicité

AFP - Les voyagistes français ont décidé mardi de "suspendre tous les départs pour le Mexique", selon un communiqué commun de l'association des tours-opérateurs (Ceto) et du syndicat national des agents de voyage (Snav).

"En concertation avec les distributeurs et après consultation des principaux tour-opérateurs programmant le Mexique", les voyagistes réunis en cellule de crise ont opté pour "la suspension de tous les départs vers le Mexique".

Selon l'OMS, 79 cas de grippe porcine ont été confirmés dans le monde.

Pour les clients concernés, le Ceto et le Snav recommandent à leurs membres, "pour les départs jusqu'au dimanche 31 mai inclus", d'accepter à titre commercial "le report sans frais sur la même destination ou une autre destination du tour opérateur à une date ultérieure (report valable jusqu'au 31 octobre 2009)".

Pour les clients à forfait actuellement au Mexique, "les tour-opérateurs prennent toutes les dispositions pour assurer leur retour dans les meilleurs délais".

Cette mesure "préventive" a été prise "pour protéger au mieux les intérêts de nos clients et assurer leur bonne santé", a indiqué à l'AFP Georges Colson, président du Snav.

"Il n'y a pas d'affolement sur place", a-t-il souligné, ajoutant que "la plupart des clients qui sont actuellement au Mexique vont rentrer à la date prévue".

La recommandation du Ceto et du Snav sera bien suivie par les tour-opérateurs, qui ne vont pas "prendre des risques inutiles", a-t-il estimé, tout en rappelant que "cela aura des conséquences économiques" pour les voyagistes.

"C'est normal, il n'y avait pas d'autre solution" que de "demander à nos clients de reporter leur voyage" devant "l'inquiétude et le manque d'information", a pour sa part indiqué à l'AFP Bruno Gallois, Pdg de Marsans, leader en France des voyages vers le Mexique.

Quelque 500 clients de Marsans sont actuellement au Mexique, "mais sur la côte sud-est du pays, à 1.200 km de la capitale Mexico" où sévit la grippe porcine, a-t-il précisé. "Tous doivent rentrer en France d'ici à la fin de la semaine", a-t-il ajouté, en précisant que "500 voyages avaient été prévus en mai".

"C'est une décision inévitable", a également reconnu Jean-François Rigal, PDG de Voyageurs du Monde, interrogé par l'AFP, "de toute façon, plus personne ne veut aller au Mexique". Pour autant, M. Rigal se dit "pas certain qu'il soit dangereux de voyager au Mexique", s'affirmant "même convaincu du contraire" à condition de "prendre des précautions".

"Nos clients qui sont actuellement au Mexique n'ont pas souhaité rentrer", a-t-il ajouté, en indiquant que c'était en ce moment "la basse saison".

Les recommandations du Ceto et du Snav "pourront être modifiées à tout moment en fonction de l'évolution de la situation", souligne leur communiqué.

Les vols réguliers assurés par les compagnies Air France et Aero Mexico "sont maintenus", mais risquent de se faire avec "peu de passagers à bord", selon M. Colson.

Les voyagistes britanniques Thomas Cook et Thomson Holidays (membre de TUI Travel) ont déjà annoncé mardi l'annulation de leurs vols vers le Mexique au départ de la Grande-Bretagne.

Le voyagiste allemand TUI, principal actionnaire de TUI Travel, avait annoncé dès lundi l'annulation de ses voyages vers Mexico, et avait offert aux voyageurs en partance vers ce pays des changements de destination.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine