CÔTE D'IVOIRE

La présidentielle pourrait avoir lieu entre octobre et décembre

Sans cesse reporté depuis 2005, le premier tour de l'élection présidentielle ivoirienne devrait finalement avoir lieu entre le 11 octobre et le 6 décembre prochain, selon l'ambassadeur de la Côte d'Ivoire à l'ONU, Ilahiri Djédjé.

Publicité

AFP - Le premier tour de l'élection présidentielle en Côte d'Ivoire aura lieu entre le 11 octobre et le 6 décembre, a annoncé mardi au Conseil de sécurité l'ambassadeur ivoirien à l'ONU, Ilahiri Djédjé.

"Le processus de paix en Côte d'Ivoire n'est pas dans l'impasse, la décision politique a été prise, le premier tour de l'élection présidentielle aura lieu pas plus tard que le 6 décembre 2009", a déclaré M. Djédjé.

Il a précisé que la Commission électorale indépendante (CEI) avait communiqué au président Laurent Gbagbo un calendrier prévoyant la tenue du scrutin entre le 11 octobre et le 6 décembre 2009.

"La date exacte de l'élection sera choisie à l'intérieur de cette période et annoncée par le président Gbagbo dans les prochains jours", a précisé l'ambassadeur ivoirien.

L'opposition ivoirienne a immédiatement affiché sa réserve.

"La CEI ne nous a encore rien dit concernant les dates. Si (M. Djédjé) avance ces dates-là, cela n'engage que lui", a déclaré Niamkey Koffi, porte-parole de l'ancien chef de l'Etat Henri Konan Bédié, président du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI, ex-parti unique).

Ally Coulibaly, porte-parole du Rassemblement des républicains (RDR) de l'ex-Premier ministre Alassane Ouattara, a également jugé la déclaration de l'ambassadeur "sujette à caution".

M. Gbagbo avait lui-même affirmé que l'élection, sans cesse reportée depuis 2005, se tiendrait cette année, dans un discours prononcé vendredi à Bonikro (centre).

A l'ONU, M. Djédjé a indiqué que 6.081.625 électeurs avaient été recensés sur un potentiel de 8,6 millions. "Nous espérons compléter le processus de recensement de la quasi-totalité des électeurs d'ici à la mi-juin", a-t-il dit, appelant l'ONU à "ne pas se laisser décourager" par les retards successifs subis par le processus électoral.

Mais le représentant de l'ONU en Côte d'Ivoire, Choi Young-jin, s'est montré quelque peu circonspect. "L'élan en faveur d'une élection très prochaine semble avoir considérablement faibli", a-t-il estimé, en raison du "changement de priorité politique" parmi les protagonistes de l'Accord interivoirien de Ouagadougou.

L'accord complémentaire "Ouaga IV" conclu en décembre a en effet "inversé l'ordre des priorités, plaçant la réunification du pays avant l'élection", a-t-il expliqué.

Selon "Ouaga IV", la réunification doit être achevée au moins deux mois avant l'élection. Or, a souligné Choi Young-jin, "des éléments critiques de la réunification, comme le transfert d'autorité des commandants de zone aux préfets et la centralisation du Trésor, ne progressent pas au rythme prévu".

"A l'heure actuelle, les perspectives d'une réunification et d'élections rapides ne peuvent pas être décrites comme encourageantes".

Dans un récent rapport, le chef de l'ONU Ban Ki-moon avait mis en garde contre les conséquences néfastes qu'aurait un nouveau report des élections.

L'ex-rébellion des Forces nouvelles (FN) avait elle aussi estimé que le scrutin devait impérativement se tenir en 2009, menaçant de revoir sa participation au processus de paix au-delà de cette échéance.

Les ex-rebelles, qui contrôlent le nord du pays depuis leur coup d'Etat manqué de septembre 2002 contre le président Gbagbo, estiment que les élections "sont possibles cette année", à l'instar des Etats-Unis et de la France.

En mars 2007, les FN et le camp présidentiel avaient signé l'Accord de paix à Ouagadougou, complété fin 2008, qui prévoit la réunification du pays et l'organisation d'élections libres et transparentes. Son application a accusé jusqu'à présent d'importants retards.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine