SRI LANKA

L'armée se dit prête à donner l'ultime assaut contre les Tigres

L'armée sri-lankaise déclare être prête à vaincre les combattants des Tigres de libération de l'Eelam tamoul (LTTE), assiégés dans un petit territoire côtier du nord-ouest. Près de 50 000 civils s'y trouvent également coincés.

Publicité

AFP - Les forces armées du Sri Lanka se sont dites prêtes vendredi à donner le coup de grâce aux Tigres tamouls après que deux bataillons ont fait la jonction devant la minuscule bande côtière des insurgés dans le nord-est, où 50.000 civils sont coincés.

"Les Tigres n'ont plus de porte de sortie par la terre. Nous avons positionné nos troupes pour pénétrer à tout moment" dans l'enclave, a dit à l'AFP le général Udaya Nanayakkara, porte-parole des forces armées.

"Si les civils n'étaient pas pris au piège, nous y serions déjà entrés", a-t-il ajouté.

L'officier a refusé de dire quand le coup de grâce serait donné aux quelques centaines de combattants des Tigres de libération de l'Eelam tamoul (LTTE), car, a-t-il assuré, "il faut tenir compte des civils".

L'ONU pense que 50.000 habitants tamouls sont retenus par les Tigres. Colombo les évalue à 15.000 ou 20.000 et accuse la guérilla de s'en servir comme "boucliers humains".

Signe peut-être de l'imminence d'un ultime assaut, des milliers d'imprimés d'un message du président Mahinda Rajapakse exhortant les civils à fuir ont été jetés par avion sur le minuscule territoire des Tigres.

"J'implore chacun de vous à passer en zones gouvernementales", a écrit le chef de l'Etat, selon un communiqué de la présidence.

"Je suis conscient des énormes difficultés auxquelles sont confrontés les civils malheureusement otages du LTTE. Votre souffrance se prolonge à cause du LTTE qui vous utilise comme +boucliers humains+", a dit M. Rajapakse.

La veille, lui et son frère, Gotabhaya Rajapakse, l'influent secrétaire à la Défense, avaient clairement indiqué que leur pays s'apprêtait à en finir avec 37 années de rébellion séparatiste et ont fustigé les exhortations des Occidentaux ces dix derniers jours pour un "cessez-le-feu humanitaire".

Les combats ont d'ailleurs continué dans la poche rebelle, selon des sources militaires.

En mer, dernière échappatoire pour les Tigres, le porte-parole de la marine gouvernementale, Mahesh Karunaratne, a indiqué que trois embarcations avaient été coulées et que 23 rebelles avaient péri.

Le LTTE a rétorqué, via le site internet Tamilnet.com, avoir envoyé par le fond deux bateaux sri-lankais et avoir tué 350 soldats à terre.

Aucune information n'est vérifiable dans ce nord-est coupé du monde.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine