GRIPPE A (H1N1)

Le Mexique assure que le pic épidémique est passé

"Les admissions dans les hôpitaux ont régressé", affirme le ministre de la Santé, José Angel Cordova. Le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé recense 898 cas confirmés dans 18 pays, dont deux en France.

Publicité

Reuters - Le pic de l'épidémie de grippe A (H1N1) est passé, ont annoncé dimanche les autorités mexicaines, tandis que l'hypothèse selon laquelle le virus ne serait pas plus dangereux que celui de la grippe classique faisait son chemin parmi les experts.

 

Lors de sa conférence de presse quotidienne, le ministre de la Santé José Angel Cordova a présenté un graphique montrant un ralentissement marqué des cas recensés au Mexique, pays le plus touché, depuis le pic du 24 avril.

 

"Les admissions dans les hôpitaux ont régressé et l'état de santé des patients hospitalisés s'est amélioré", a-t-il précisé, faisant état de 590 cas avérés et de 22 décès formellement imputé au virus H1N1, contre 19 la veille. Ces trois décès supplémentaires ne sont dus qu'au rattrapage du retard accumulé dans les examens, a souligné le ministre.

 

"Il s'agit d'un virus totalement nouveau. Nous avons agi de façon décisive, énergique et adéquate", a par ailleurs affirmé le président Felipe Calderon, en réponse à ceux qui accusent les autorités d'une réaction excessive.

 

Si la maladie semble en recul au Mexique, où la capitale a retrouvé un peu d'animation, elle a poursuivi sa progression à travers le monde. Le dernier pointage de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) recense 898 cas confirmés répartis dans 18 pays. Ce bilan ne tient pas compte de certaines données nationales, comme les deux cas confirmés dimanche au Salvador.

 

En France, où l'on compte toujours deux cas avérés, les autorités ont réaffirmé leur vigilance face à l'épidémie qu'elles jugent maîtrisable en l'état, mais n'excluent pas un scénario à risque à l'automne.

 

A Rome, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a estimé que la transmission du nouveau virus H1N1 d'un homme à un élevage de porcs annoncée samedi par les autorités canadiennes était un motif de préoccupation qui démontrait la nécessité d'une surveillance accrue des élevages porcins.

 

Pour autant, Joseph Domenech, chef vétérinaire de la FAO, a souligné que cet incident n'avait rien de surprenant et que la consommation de viande de porc ou de produits à base de porc utilisés correctement ne menaçait pas la santé.

 
"Des signes encourageant"
 

Hormis au Mexique et, dans une moindre mesure, aux Etats-Unis où un enfant de nationalité mexicaine est mort après avoir été hospitalisé au Texas, les cas sont relativement bénins. La Grande-Bretagne a annoncé pour sa part que l'épidémie était contenue.

 

Les scientifiques continuent d'affiner leurs connaissances du nouveau virus H1N1, qui contient des gènes de virus connus de la grippe porcine, de la grippe aviaire et de la grippe humaine. Ils tentent également de déterminer la virulence de la maladie comparée à la grippe traditionnelle, qui fait chaque année 250.000 à 500.000 morts à l'échelle mondiale.

 

"Nous avons des signes encourageants sur le fait que ce virus ne semble pour l'heure pas plus virulent qu'une souche de grippe saisonnière", a relevé le Dr Richard Besser, qui dirige les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

 

"Nous ne sur-réagissons pas à cette épidémie", a-t-il poursuivi, justifiant les mesures et recommandations mises en oeuvres aux Etats-Unis, deuxième pays le plus touché avec 226 cas confirmés.

 

A ce stade, l'épidémie de grippe A (H1N1) reste très limitée comparée à celles de l'hépatite ou des méningites, mais elle a d'ores et déjà entraîné d'importants bouleversements dans les transports aériens. Elle a en outre donné lieu à un incident diplomatique entre la Chine et le Mexique.

 

Pékin a suspendu ses vols vers le Mexique et ordonné le placement en quarantaine d'une cinquantaine de Mexicains, après confirmation d'un cas de grippe A parmi eux. La ministre mexicaine des Affaires étrangères a dénoncé une mesure discriminatoire.

 

"Les mesures en question ne sont pas dirigées contre les citoyens mexicains et il n'y a pas de discrimination", a assuré en réponse le ministère chinois des Affaires étrangère.

 

"Il s'agit purement d'une mesure de quarantaine médicale", poursuit-il, invitant les autorité mexicaines à la compréhension, à l'objectivité et au calme.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine