POLITIQUE

Nicolas Sarkozy souffle ses deux bougies à l'Élysée

Deux ans après l'élection de Nicolas Sarkozy à la présidence, 65 % des Français se disent déçus par son action. En cause : sa vie privée surexposée, des erreurs de communication, et le pouvoir d'achat mis à mal par la crise.

Publicité

Deux ans après l'arrivée de Nicolas Sarkozy à l'Élysée, 65 % des Français se disent "déçus" par l'action du chef de l'État, et 63 % jugent le bilan de ses deux premières années de quinquennat "plutôt négatif"(sondage TNS Sofres-Logica).

Élu avec 53 % des suffrages au second tour de la présidentielle, le 6 mai 2007, Nicolas Sarkozy a bénéficié d'une importante cote de popularité au début de son mandat. Mais l'état de grâce n'a pas duré longtemps. La surexposition médiatique de sa vie privée et une accumulation d'erreurs de communication dont la presse a fait ses choux gras - goût pour le clinquant, proximité avec les patrons, écarts de langage au Salon de l'agriculture, etc. - ont fini par écorner son image.

Le fiasco a été tel que Nicolas Sarkozy a été contraint de revenir à un exercice plus traditionnel du pouvoir, dans la lignée de ses prédécesseurs.

Autre grand thème de la campagne présidentielle de 2007, la question du pouvoir d'achat a, elle aussi, été mis mal par la crise. Les classes moyennes qui lui avaient accordé leur confiance lors du scrutin s'inquiètent d'un taux de chômage galopant, comme l'ont montré les grandes manifestations qui se sont déroulées au début de l'année 2009.



Invité à résumer les deux premières années du quinquennat, le secrétaire général de l'Élysée, Claude Guéant, a réagit en assurant que "90 réformes majeures ont été réalisées" en deux ans, avant d'ajouter qu'"il reste encore trois ans" avant de pouvoir dresser le véritable bilan de la présidence Sarkozy.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine