ITALIE

Silvio Berlusconi demande des "excuses publiques" à son épouse

À son tour, le président du Conseil italien prend la parole dans la presse. Il y répond à sa femme qui a fait part de son intention de divorcer dans deux journaux italiens, dimanche. "Indigné", "Il Cavaliere" lui demande des "excuses publiques".

Publicité

AFP - Le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi doute fortement d'une réconciliation avec son épouse Veronica et lui demande de s'excuser publiquement, dans une interview, lundi, alors que les déboires conjugaux du couple continuent de faire la une de la presse italienne.

Interrogé par le Corriere della Sera sur la possibilité d'une réconciliation, Silvio Berlusconi répond: "Je ne crois pas. Je ne sais pas si je la veux cette fois. Veronica devra me demander des excuses publiques. Et je ne sais pas si cela suffira".

"C'est la troisième fois qu'elle me fait le coup en pleine campagne électorale. C'est trop", ajoute le Cavaliere qui se dit "indigné".

Son épouse a fait savoir dimanche par l'intermédiaire de deux quotidiens qu'elle allait demander le divorce.

"C'est une affaire personnelle douloureuse, qui rentre dans la sphère du privé et dont il me semble bon de ne pas parler", s'était contenté de commenter dimanche le chef du gouvernement.

Lundi, il est passé à l'offensive avec des déclarations à deux quotidiens - le Corriere et la Stampa - affirmant notamment que son épouse est "tombée dans un piège" en croyant aux informations rapportées par la presse.

Outre l'attention prêtée au chef du gouvernement d'inclure plusieurs starlettes sur la liste électorale de son parti aux élections européennes de juin, Mme Berlusconi s'est surtout indignée de la participation de son mari à la fête d'anniversaire d'une jeune fille de 18 ans qui appelle Silvio Berlusconi "papi".

"Je ne peux pas rester avec un homme qui fréquente des mineures", a-t-elle expliqué, dans des propos qui lui sont attribués dimanche par deux quotidiens.

Dans ses déclarations au Corriere, Silvio Berlusconi estime que ce nom de "papi" est "une plaisanterie" et que toute cette affaire a pour but de lui nuire.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine