GÉORGIE

Fin du soulèvement dans la base militaire proche de Tbilissi

La mutinerie qui a éclaté, ce mardi, dans une base militaire proche de la capitale, Tbilissi, s'est terminée sans violence. Soupçonné par la Géorgie d'avoir fomenté le soulèvement, Moscou dénonce des accusations "irresponsables".

Publicité

La mutinerie qui avait éclaté mardi dans une base militaire géorgienne proche de la capitale Tbilissi est "terminée" et s'est achevée sans violence par la reddition de la plupart des rebelles, a annoncé le ministère de l'Intérieur.

"C'est terminé. La plupart des gens se sont rendus, y compris le commandant du bataillon. Quelques personnes ont pris la fuite", a déclaré à l'AFP un porte-parole du ministère, Chota Outiachvili. "Il n'y a eu aucune violence."

De son côté le ministère russe des Affaires étrangères a jugé mardi que les déclarations géorgiennes accusant Moscou d'avoir tenté d'organiser un soulèvement armé en Géorgie témoignaient d'une "imagination maladive" et étaient "irresponsables", a rapporté l'agence Interfax.

"Les dernières accusations de la Géorgie contre la Russie témoignent d'une imagination maladive et du comportement irresponsable de la direction géorgienne", a déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères, Grigori Karassine.

Les autorités géorgiennes ont accusé mardi la Russie d'avoir tenté d'organiser un soulèvement militaire pour renverser les autorités géorgiennes et perturber des exercices de l'Otan prévus à partir de mercredi.

La mutinerie s'était produite dans la base militaire de Moukhrovani, qui abrite un bataillon de blindés à une trentaine de kilomètres de Tbilissi. Des négociations avaient été entreprises avec les rebelles.

Le ministère avait auparavant affirmé que les rebelles étaient directement soutenus par la Russie.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine