POLITIQUE

Le PS regrette un recul de "l’influence" de la France dans le monde

Dressant le bilan des deux premières années de Nicolas Sarkozy à l’Élysée, le porte-parole du Parti socialiste, Benoît Hamon, déplore l’action du chef de l’État qu’il qualifie de "grand communiquant".

Publicité

Benoît Hamon, le porte-parole du Parti socialiste, a dressé un bilan peu flatteur des deux premières années de la présidence Sarkozy, ce mardi, devant la presse rassemblée rue de Solferino au siège du PS.

Sur la scène internationale, Paris exerce "une influence beaucoup moins grande" qu’il y a deux ans, dénonce-t-il, qualifiant le chef de l’Etat français de "grand communiquant".

Interrogé par FRANCE 24, Benoît Hamon regrette le retour de la France dans le commandement intégré de l’Otan. "Ses engagements [quant à la mise en place d’une Europe de la défense, ndlr] qui motivaient [ce retour] n’existent pas ; voilà la marque d’une France de plus en plus alignée !"




De même, sur le dossier de la régulation financière, le porte-parole du PS dénonce l’action de Nicolas Sarkozy : "Ce que nous avons obtenu du G20 est d’ores et déjà quasiment lettre morte. L’Union européenne ne reprend même pas les orientations proposées par le Parlement pour abroger le secret bancaire dans le marché intérieur."

"J’attends juste que Nicolas Sarkozy convainque le duché du Luxembourg, pas plus. On jugera son efficacité à l’aune de sa capacité à convaincre le Luxembourg. Pas les Etats-Unis, le Luxembourg", poursuit-til.






 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine