Accéder au contenu principal

Soulèvement dans une base militaire, la Russie pointée du doigt

La Géorgie accuse la Russie d'avoir coordonné un "soulèvement" dans une base militaire située à proximité de Tbilissi pour perturber des manœuvres militaires de l'Otan prévues mercredi dans le pays.

Publicité

Reuters - La Géorgie accuse mardi la Russie de coordonner un coup de force militaire sur son territoire et annonce que des soldats d'une base militaire à l'est de Tbilissi se sont mutinés et qu'un "soulèvement" y est actuellement en cours.

 

Une tentative de coup de force militaire a été éventée à la base de Moukhrovani, à une vingtaine de kilomètres de la capitale, dont les commandants ont été limogés. Les soldats ont été confinés dans leurs casernes et, selon le ministère de la Défense, des négociations sont en cours.

 

"Nous menons des négociations avec les soldats de la base de Moukhrovani et j'espère que ce soulèvement prendra fin rapidement", a dit le ministre de la Défense, David Sikharoulidzé.

 

"Cela visait à perturber les manoeuvres militaires de l'Otan et à tenter un coup de force militaire", a affirmé Sikharoulidzé à la chaîne de télévision géorgienne Roustavi-2.

 

Le ministère de l'Intérieur, qui annonce une arrestation, accuse la Russie d'être impliquée dans ce complot et d'avoir versé de l'argent à ceux qui en sont partie prenante.

 

"Ils (les comploteurs) touchent de l'argent de la Russie", a dit le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Chota Outiachvili, au cours d'une conférence de presse. "Il semble que cela ait lieu en coordination avec la Russie".

 

L'annonce du complot intervient à la veille de manoeuvres de l'Otan qui doivent impliquer mercredi un millier de soldats d'une dizaine de pays de l'alliance, dans une base à l'est de Tbilissi, soit à 70 km des positions russes les plus proches en Ossétie du Sud sécessionniste.

 

La Russie, qui dénonce la tenue de ces manoeuvres, a été pendant cinq jours en guerre contre la Géorgie, en août dernier, après une offensive lancée par l'armée géorgienne pour tenter de reprendre le contrôle de la région sécessionniste d'Ossétie du Sud.

 

L'annonce du complot intervient aussi le jour même où l'opposition entend bloquer trois grands axes routiers menant à la capitale Tbilissi, dans le cadre de sa campagne, lancée le 9 avril, pour obtenir la démission du chef de l'Etat, Mikheil Saakachvili. L'opposition manifeste depuis un mois dans le centre de la capitale, aux abords du parlement, et a dressé des tentes sur la grande artère du centre, la perspective Roustavéli.

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.